LE FIL

Vin & cinéma

Angélus en mire et Bollinger survolé dans le dernier James Bond

Mercredi 06 octobre 2021 par Alexandre Abellan

Utilisant une cave à vin comme vestiaire de fortune à Cuba, James Bond est habillé par sa consommation d’alcool.
Utilisant une cave à vin comme vestiaire de fortune à Cuba, James Bond est habillé par sa consommation d’alcool. - crédit photo : EON
Au service de sa majesté et de nombreux placements produits, l’agent secret britannique met longuement en avant le cru classé de Saint-Émilion dans son dernier opus. La maison de champagne étant plus furtive.

Sorti ce 6 octobre en France, le dernier film de la série James Bond, Mourir peut attendre, finit de mettre les bouteilles de vins et spiritueux en bonne place dans la panoplie de l’agent secret 007 (aux côtés du smoking et des voitures hors de prix). Si le whisky écossais est de loin le plus consommé à l’écran (le remerciement final à Diageo doit en être d’autant plus appuyé), les vins sont à l’honneur dans de nombreuses séquences.

Champagne officiel de la série depuis 1979 (et Moonraker), Bollinger ne semble apparaître que très furtivement dans le garage londonien de James Bond (voir ci-dessous). Une bouteille 2005 du château Angélus est au cœur d’une plus longue scène : son flacon ouvert trônant sur une table dressée par Q étant dégustée et partagée par James Bond avec Miss Moneypenny. Appréciant visiblement le premier grand cru classé de Saint-Émilion, l’agent secret le interprété par Daniel Craig le connaît d’autant mieux qu’il en déjà dégusté dans Casino Royale (sorti en 2006 avec un millésime 1982 servi en train) ou Spectre (sorti en 2015 avec un millésime 2005).

"James Bond reviendra"

« James Bond reviendra » annonce le générique de fin, laissant attendre de nouvelles dégustations de grands vins pour 007.

 

Belles caisses dans le garage de James Bond.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé