Accueil / Commerce/Gestion / Après "l'erreur du négoce", les vignobles Bonfils misent sur l'oenotourisme

Languedoc
Après "l'erreur du négoce", les vignobles Bonfils misent sur l'oenotourisme

Pour accompagner leur montée en gamme, la famille Bonfils se déploie dans le tourisme. Elle a ouvert cet été au château Capitoul son troisième site réceptif en Languedoc.
Par Michèle Trévoux Le 04 octobre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Après
Trois générations des Vignobles Bonfils. - crédit photo : Michèle Trévoux
A

ux Vignobles Bonfils, le cap est fixé. C’est le levier de l’œnotourisme que cette famille languedocienne de vignerons entend activer pour accompagner son développement dans les prochaines années. Après le Château des Carasses à Quarante, le Château Saint Pierre de Serjac à Puisalicon, l’entreprise biterroise a ouvert cet été son troisième complexe oenotouristique au Château Capitoul, au cœur du massif de La Clape. Comme pour les deux premiers sites, le projet a été porté par Domaine & Demeure, dont la famille Bonfils est actionnaire à 50 %, aux côtés de Karl O’Hanlon et son épouse Anita Forte. « L’objectif est de faire revivre ces vieilles demeures languedociennes pour offrir à une clientèle française et internationale un réceptif de qualité et ainsi créer du lien et des expériences émotionnelles autour de nos vins et plus largement de notre magnifique région viticole » explique Laurent Bonfils, PDG des Vignobles Bonfils.

100 000 nuitées par an

A Capitoul, le duo Bonfils-O’Hanlon n’a pas lésiné sur les moyens : 40 millions d'euros (incluant le prix d’acquisition et les investissements en cave) ont été investis sur ce site d’exception pour transformer ce château du XIXème en complexe hôtelier de 8 chambres et suites haut de gamme, avec piscine, spa et deux restaurants ainsi qu’un espace dédié à l’événementiel, et construire 44 villas hôtelières, « toutes vendues, en l’espace de 6 mois, à des investisseurs », affirme Darren Kennedy, directeur marketing-vente de Domaine & Demeure. Autour du château, le domaine compte 260 ha dont 62 ha de vigne, essentiellement en AOC La Clape.

« Avec notre trois sites, nous disposons de 600 lits. Avec un taux moyen de remplissage de 45%, nous totalisons 100 000 nuitées par an. Cela représente 35 000 visiteurs qui deviennent des ambassadeurs de notre région et de nos vins. C’est l’étape ultime pour la viticulture languedocienne, qui depuis les années 1980 n’a cessé de se renouveler. Après la rénovation du vignoble, la mutation œnologique, la création de ce lien émotionnel entre les consommateurs et notre vignoble est notre prochain challenge », défend Laurent Bonfils. Une équipe de 8 personnes au sein de l’entreprise est désormais dédiée à l’activité oenotourisme, la gestion des équipements hôteliers étant assurée par Domaine& Demeure. « Nous allons mettre à disposition de Domaine & Demeure une boîte à outils avec toutes les prestations que nous sommes capables de proposer pour une immersion complète de notre clientèle dans nos vignobles : tour des vignes en deux roues, visite de nos caves, master class… ».

Le négoce, c’était une erreur

Ce tournant vers l’œnotoursime est un nouveau chapitre de cette saga viticole démarrée il y a dans 60 ans en terres languedociennes. Après son départ d’Algérie en 1960, Jean-Michel Bonfils, le père de l’actuel président des vignobles Bonfils, est reparti de zéro, démarrant sur un vignoble de 6 ha dans la région biterroise. Dès lors, le vignoble et l’entreprise n’ont cessé de se développer au gré des acquisitions successives. La croissance n’a pas été sans soubresauts. En 2006, suite aux rachats successifs de Morel et Vedeau et de Bessière, deux sociétés régionales de négoce, l’entreprise s’est engagée dans une activité de négoce. « C’était une erreur, ce n’était pas notre métier et nous avons accumulé les pertes. En 2013, nous nous sommes recentrés sur notre métier de producteurs. Mais nous avons mis un point d’honneur à régler tous nos fournisseurs », assure Laurent Bonfils.

Aujourd’hui, les vignobles Bonfils comptent 17 domaines en Languedoc pour une surface totale de 1 600 ha. Ils commercialisent 6 à 7 millions de cols par an, dont 55 % à l’export, pour un chiffre d’affaires de 23 M€. L’activité hôtellerie-restauration pèse 7,5 M€, l’objectif étant d’atteindre 11 M€ en 2025. Et la nouvelle génération – les enfants de Laurent Bonfils et de son frère Jérôme – est prête à assurer la relève pour écrire les nouvelles pages de cette saga familiale.

 

 

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé