LE FIL

Marchés

Les vins d'Alsace affichent leurs grandes ambitions exportatrices

Lundi 04 octobre 2021 par Christophe Reibel

Serge Fleischer et Gilbert Stimpflin ont signé une convention qui prolonge une collaboration de terrain démarrée en 2013.
Serge Fleischer et Gilbert Stimpflin ont signé une convention qui prolonge une collaboration de terrain démarrée en 2013. - crédit photo : Christophe Reibel
Interpofession et CCI allient leurs moyens pour satisfaire la grande ambition exportatrice des vins d’Alsace. Arriver à vendre plus de la moitié des volumes sur pays tiers est un objectif assumé.

Les vins d’Alsace ont enclenché leur dynamique exportatrice en 2020. Ils ne la relâchent pas en 2021. Fin août, les statistiques tenues par le Conseil Interprofesionnel du Vin d'Alsace (Civa) fait état d’une croissance en volume sur douze mois mobiles de 13,3 %. Ce pourcentage grimpe à 21,2 % sur les seuls huit premiers mois de l’année. Il propulse la part d’exportation du vignoble à 32,9 % grâce notamment à la progression entre janvier et juillet 2021 des ventes notée sur dix-neuf des vingt premiers marchés export des vins d’Alsace.

L’objectif est aujourd’hui clairement d’amplifier ce mouvement. Serge Fleischer, président du Civa, et Gilbert Stimpflin, son homologue de la CCI Grand Est ont ainsi paraphé le 29 septembre une convention qui prévoit de mutualiser et coordonner moyens humains et techniques de nature à apporter toutes les informations nécessaires à l’entreprise désireuse d’exporter. « Créer son propre réseau, c’est difficile et long. Le bon conseil sur la connaissance des marchés est primordial » estime Gilbert Stimpflin. « Depuis des années, l’international n’a pas été correctement travaillé » lance Serge Fleischer. « Il ne faut pas se contenter de nos vingt marchés majeurs et des 130 où l’on trouve des Alsace aujourd’hui. Tous les 175 pays où l’on consomme du vin sont des cibles. Les opportunités, ça se provoque ! Avec méthode et collectivement. Si nous n’arrivons pas à vendre du vin d’Alsace partout dans le monde, nous sommes des manchots ! » Le but est donc d’écouler plus de 50 % des vins d’Alsace hors Union européenne, là où ils sont d’ores et déjà mieux valorisés*.

Aides techniques et financières

Sur les 800 metteurs en marché de vins d’Alsace, 500 ont exporté des vins en 2020 et 472 l’ont fait sur les sept premiers mois de 2021. Dans l’attirail des moyens destinés à accompagner les candidats à l’export, retenons un diagnostic préalable sur le potentiel d’exportation d’une entreprise et une aide de la Région Grand Est couvrant 80 % (jusqu’au 31 mai 2022, 50 % après cette date) des frais engagés pour une prestation d’organisation de sa présence à l’étranger. Le domaine des Marronniers à Andlau (Bas-Rhin) s’est appuyé sur la CCI, la Région et Business France pour prendre pied en Ontario, en Autriche, en Suède… « Leur aide nous a servi à cerner chaque marché et les produits à y privilégier, à démêler l’écheveau administratif et à comprendre le cas échéant le fonctionnement du monopole. Des professionnels nous conseillent sur les réactions appropriées à avoir » détaille Pierre Wach, à la tête d’un domaine qui produit 45 000 bouteilles par an, et bientôt un peu plus grâce à l’ajout d’un hectare supplémentaire. Il vise à faire passer sa part d’exportation de 40 % actuellement à 60 %.

 


 

 

(1)Sur douze mois mobiles à fin juillet 2021 ces marchés pèsent 37,9 % des volumes mais 46, 3 % de la valeur.

 

 

 

 

Pierre Wach : l’envie de pérenniser les marchés où il vient de placer ses premiers vins. (Photo C. Reibel)

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé