LE FIL

Campagne 2020-2021

Les prix des vins en vrac se remettent à flot dans la Loire

Lundi 27 septembre 2021 par Patrick Touchais

A l’image du Cabernet d’Anjou, la plus grosse AOC de la Loire, les appellations ont connu une campagne vrac en hausse en volume et en retrait en prix.
A l’image du Cabernet d’Anjou, la plus grosse AOC de la Loire, les appellations ont connu une campagne vrac en hausse en volume et en retrait en prix. - crédit photo : Patrick Touchais
Sur 2020-2021, les maisons de négoce ligériennes ont acheté plus de volume que lors de la campagne précédente, mais à des prix en baisse. Sur la nouvelle campagne, annoncée déficitaire en volume, les cours sont repartis à la hausse.

 

Cabernet d’Anjou, Rosé d’Anjou, Crémant de Loire, Muscadet, Touraine Blanc… Toutes les appellations de volume de la Loire ont vu leurs transactions entre production et négoce augmenter sur la dernière campagne close au 31 juillet dernier. Les courbes du vrac suivent ainsi les montagnes russes des dernières récoltes. Très excédentaire en 2018, amputée par le gel en 2019 et généreuse en 2020. En revanche, la belle quantité de l’an passé a nui aux cours. Ils ont tous reculé. Sur l’ensemble des appellations et IGP du ressort d’Interloire, plus d’1 Mhl ont été échangés, en hausse de 19 %, avec une baisse moyenne des prix de 4 %.

Avec plus de 300 000 hl cumulés, les deux AOC de rosé demi-sec angevin (Cabernet d’Anjou et Rosé d’Anjou), ont vu leur volume croitre respectivement de 4 et 36 %, alors que les prix ont glissé de 4 et 5 %. Sur ces deux produits, la demande est restée soutenue, y compris pendant le confinement, avec de bonnes sorties en grande distribution.

Marché très actif également du côté des bulles, avec pour un bond de 20 % des achats du négoce sur le Crémant de Loire. C’est l’appellation en forme du moment, qui passe la barre des 100 000 hl contractualisés, avec une très légère baisse (2 %) des cours. Bousculée sur le marché français pendant le Covid, elle reprend des positions depuis le début de l’année 2021, et a performé à l’export pour devenir la première appellation en volume, devant Sancerre. Derrière, Saumur a connu une belle campagne, avec plus de 50 000 hl (+ 36 %). En revanche, Vouvray a plongé de 50 %, à quelque 8 000 hl.

En blanc sec, les Muscadet ont été nettement à la hausse en volume : + 19 % (85 000 hl) en Muscadet Sèvre et Maine sur lie, et + 23 % (65 000 hl) en Muscadet AOC (le générique). Côté prix, l’annonce d’une faible récolte 2021 due au gel, a relancé les cours en fin de campagne. Au final, ils ont baissé de 1 et 2 %. En Touraine Blanc, les volumes ont été nettement en hausse : 11 %, à plus de 81 000 hl, avec une chute du cours de 15 %.  Enfin, en IGP sauvignon, la demande a été forte : + 38 %. 65 000 hl ont été contractualisés.

Pour la campagne qui se lance, dont on sait que la récolte sera faible, voire très déficitaire dans le vignoble nantais et dans l’est de la Touraine, les premières tendances de cours sont nettement à la hausse. Sur les premiers contrats signés en moûts ou raisins en août, le Cabernet d’Anjou a progressé de 6 %, le Crémant de Loire de 11 et l’AOC Touraine de 60.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé