LE FIL

Nouveau leader ?

Terre de Vins dispute à la Revue du Vin de France son leadership de la presse du vin

Vendredi 24 septembre 2021 par Alexandre Abellan

Terre de Vins annonce tirer 50 000 exemplaires par numéro. Avec 40 000 exemplaires commercialisés, la RVF indique qu'il faut pondérer les chiffres par la périodicité et les ventes réelles.
Terre de Vins annonce tirer 50 000 exemplaires par numéro. Avec 40 000 exemplaires commercialisés, la RVF indique qu'il faut pondérer les chiffres par la périodicité et les ventes réelles. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Le bimensuel signe un nouveau partenariat de distribution sur les vignobles alsaciens, bourguignons et rhodaniens lui permettant de booster ses tirages. Ce qui ne change pas les rapports de force pour la Revue du Vin de France.

Coup de tonnerre dans le paysage médiatique de la filière vin, le titre de « premier magazine du vin en France » est revendiqué par le bimensuel Terre de vins (dont l’actionnaire majoritaire est le groupe de presse Sud-Ouest). Passant un septembre un accord de diffusion avec le groupe de presse Est Bourgogne Rhône Alpes (EBRA, la filiale presse du Groupe Crédit Mutuel Alliance Fédérale), le bimensuel passe un cap de tirages : de 38 000 à 50 000 exemplaires par numéro dans toute la France.

Se renforçant sur les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est avec un réseau de 4 000 points de vente, « cette stratégie de partenariat nous permet de gagner 18 000 exemplaires préachetés et distribués dans les kiosques de 23 départements de l’Est (tout en retranchant la distribution des Messageries Lyonnaises de Presse qui stoppe sur ce bassin), avec une présence dans 9 quotidiens (voir encadré) » explique Rodolphe Wartel, le directeur général de Terre de Vins (dont il est actionnaire minoritaire). Avec ce partenariat, Terre de Vins doublerait désormais la Revue du Vin de France (RVF, appartenant au groupe Marie Claire). La RVF indique à Vitisphere réaliser un tirage de 40 000 exemplaires payés pour ses 10 numéros annuels et 2 hors-série (avec 20 000 abonnés pour le journal papier). En deçà donc des 50 000 tirages de Terre de Vins.

Bisbille chiffrée

« Terre de Vins essaie de convaincre les annonceurs qu’ils sont devenus le leader de la presse vin en France, c’est totalement faux. Où sont les preuves ? » réplique Denis Saverot, le directeur de la rédaction de la RVF, qui réfute ce renversement de podium en rappelant que « Terre de Vins ne publie que six numéros par an, contre dix pour La RVF. Ils sont loin derrière nous. » En réponse, Rodolphe Wartel indique que « le nombre de tirage ne change pas la donne pour les annonceurs, ce n’est pas fondamental, contrairement à l’image de marque (les projets éditoriaux, la façon de raconter les histoires…) ». Et de préciser que Terre de Vins publie en effet 6 numéros bimensuels, mais également 4 hors-série (avec un tirage de 40 000 exemplaires pour ces derniers, étant hors du partenariat EBRA).

« Terre de Vins donne des chiffres de tirage, c’est à dire de numéros imprimés. Il ne faut pas confondre le nombre de numéros imprimés et le nombre de numéros vendus. Il faut souvent diviser par deux le nombre de numéros vendus par rapport au tirage » poursuit Denis Saverot, qui propose un calcul : « à La RVF, nous revendiquons 40 000 exemplaires vendus par mois, multipliés par dix numéros = 400 000 numéros vendus par an. » Confirmant des ventes de 45 à 55 % par numéro diffusé, Rodolphe Wartel ajoute que « les accords avec les groupes Sud-Ouest et Ebra vont nous permettre d’améliorer ces scores grâce à des présentoirs plus nombreux et visibles ».

"Loin derrière"

Pour Denis Saverot, « le print ne représente désormais qu’une partie de l’audience. Ce qui compte de plus en plus, c’est l’audience digitale. Chez nous, l'audience digitale sur larvf.com représente 500 000 lecteurs par mois, avec 5 000 abonnés digitaux. Là aussi, Terre de Vins arrive loin derrière. » Avec 160 000 visiteurs par mois, le site de Terre de Vins est en effet en retrait, ce qui ne l’empêche pas d’afficher ses ambitions. « Notre audience croit de 10 à 15 % par année, notre priorité est d’accélérer la tendance avec un nouveau site début 2022 » indique Rodolphe Wartel, qui précise qu’« il n’y a pas de concurrence frontale entre les titres de la presse vin. Nous avons construit un univers global, différent des autres. Nous avons le sentiment qu’il y a de la place pour tous. »

Si la RVF prend un parti plutôt élitiste, en s’adressant de manière préférentielle aux amateurs et connaisseurs du vin, Terre de Vins vise un public plus large. « Nous voulons ouvrir le monde du vin à tous et toutes. 42 % de nos lecteurs sont des lectrices, et notre cœur de cible sont les 35-50 ans » précise Rodolphe Wartel, notant la création d’une communauté grâce à des événements (les Tastings) et un club (le Bacchus Business Club).

 

 

Synergies avec le groupe EBRA

Au-delà de la promotion en point de vente,  le groupe de presse régional va promouvoir Terre de Vins et ses contenus par de l'autopromotion dans ses 9 quotidiens régionaux* indique Pascal Brouet, le directeur marketing du groupe de presse. « Nous sommes très présents à Bordeaux, en Languedoc et en Champagne, nous allons avoir un accélérateur pour être plus actifs en Alsace, Bourgogne et Vallée du Rhône. L’augmentation d’audience va augmenter les contenus » indique Rodolphe Wartel.

À noter que le groupe EBRA va stopper dans le même temps la diffusion de sa revue Vin.S la passion des terroirs, lancée en 2019 comme un hors-série des quotidiens du groupe (Le Progrès, Le Dauphiné Libéré...). L'accord de partenariat implique que la revue À Table d'EBRA sera désormais diffusé par le réseau du groupe Sud-Ouest.

 

* : Soit Les Dernières Nouvelles d’Alsace, L’Alsace, L’Est Républicain, Le Républicain Lorrain, Vosges Matin, Le Bien Public, Le Journal de Saône et Loire, Le Progrès et Le Dauphiné Libéré. EBRA revendique le tire de « premier groupe de presse français » avec 900 000 journaux distribués chaque jour et 500 millions de pages vues par mois sur ses sites.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Le grand Le 24 septembre 2021 à 18:51:55
Je trouve les 2 revues complémentaires, et je trouve cette rivalité commerciale stérile. Plus élitiste, la RVF ne se positionne pas au même niveau que Terre de Vins : par habitude, plus proche de vignerons modestes. J'achète les deux revues régulièrement, même si j'avoue que je suis parfois agacé par les sélections opérées par les auteurs de la RVF , hors de prix pour plus d'un, et par les articles trop souvent consacrés aux "sommités" du vin. J'ai fait part à la rédaction de la RVF de cet élitisme, mais visiblement, c'est le pain dont ils se nourrissent. C'est leur droit. Que dès lors, certains lecteurs se tournent vers Terre de Vins pour rester dans un monde plus humble est aussi une conséquence logique de ce choix élitiste. , L'argument essentiel pour moi, c'est que les auteurs de ces deux publications ne doivent pas se combattre, avec pour seul but de se tailler une place au soleil; ils doivent avant toute chose, tout mettre en oeuvre pour servir d'écho , de relais à tous ces viticulteurs, toutes ces viticulrices,, à tous leurs partenaires.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé