LE FIL

Salon professionnel

En pleine vendange, Tech&Bio ne délaisse pas la viticulture

Mercredi 22 septembre 2021 par Marion Bazireau

Les exposants viticoles ont pu faire tourner leur matériel de travail du sol dans une parcelle de vigne.
Les exposants viticoles ont pu faire tourner leur matériel de travail du sol dans une parcelle de vigne. - crédit photo : Marion Bazireau
Le salon des techniques et innovations autour de l’agriculture biologique s’est révélé riche en démonstrations et conférences pour les viticulteurs intéressés par la bio ou par une moindre utilisation d’intrants.

Dans la Drôme, la ville de Bourg-lès-Valence était en ébullition ce 21 septembre, jour d’ouverture du salon Tech&Bio organisé par la Chambre d’Agriculture de la Drôme pour promouvoir le développement des pratiques de productions agricoles durables.

Leur pass sanitaire covid vérifié avant l’entrée dans le bus-navette, les visiteurs sont entrés sur le site dès 9 heures en toute fluidité.

Pour atteindre les stands qui les intéressaient, les viticulteurs ont traversé un pôle élevage plus vaste que lors des éditions précédentes et découvert un nouveau village entièrement dédié au biocontrôle.

"Dégustation de cépages résistants"

A 11 heures, plusieurs visiteurs ont rejoint le stand de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), où Julien Vigne animait une dégustation de cépages résistants, en présentant le voltis, le floréal, l’artaban, et le vidocq. Plantés chez un même viticulteur, le floréal a connu moins de dégâts de gel. « Mais l’artaban a refait de plus grosses grappes, permettant d’obtenir un rendement proche de 20 tonnes par hectare » a indiqué le conseiller.

Autre recommandation : traiter une fois avec un cuivre et un anti-oïdium juste avant ou après la fleur pour éviter les contournements de résistance. « Il faut également protéger les grappes du black-rot entre mai et juin ».

Les exposants viticoles étaient installés autour d’une grande parcelle de vigne. A 14 heures, la conseillère viticole Amandine Fauriat leur a tour à tour passé le micro pour qu’ils puissent y faire la démonstration de leurs outils de travail du sol. Un petit groupe a ainsi pu décourvir le nouveau robot enjambeur de Naïo, les dernières versions des portes outils de Boisselet ou Bernardoni Aguilar. Solemat a présenté son système d’autoguidage placé entre le tracteur et le porte outils pour qu’il reste centré dans le rang.

Clémens a décrit son cadre SB2, Egretier son porte-interceps mini-sillon avec décavaillonneuse et lame cercleuse. En fin de parcours, les viticulteurs se sont familiarisés à la traction animale.

Salle comble pour les substituts au cuivre

Une heure plus tard, il ne restait plus un siège dans la salle où l’IFV, la Chambre d’agriculture de Gironde, et le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique présentaient leurs essais de produits alternatifs au cuivre.

Eric Chantelot a annoncé l’ouverture d’un centre de ressources sur le portail Ecophytopic présentant les résultats de 460 expériences au champ ou sous serre au moment du Sitevi. Séverine Dupin a quant à elle dévoilé les derniers résultats du programme Alt’Fongi.

Si aucun produit de biocontrôle ne peut à lui seul remplacer le cuivre, le saule associé à la prêle ont permis d’en réduire la dose en cette année de forte pression mildiou. « Nous travaillons désormais sur un arbre de décision pour aider les viticulteurs à déclencher leurs traitements et sur la prophylaxie hivernale » a indiqué la conseillère.

Après un dernier atelier sur les couverts végétaux, les visiteurs ont pu assister à la remise du prix Technovations 2021 dans la catégorie Intrants-services, remporté par Agrinichoirs

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé