Accueil / Commerce/Gestion / Le guide Hachette des vins fait de la résistance face à Vivino

60 000 exemplaires
Le guide Hachette des vins fait de la résistance face à Vivino

Misant sur son mode opératoire spécifique, le premier guide d'achat de vin voit dans les plateformes numériques de conseil une concurrence saine pour continuer de se moderniser.
Par Alexandre Abellan Le 13 septembre 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le guide Hachette des vins fait de la résistance face à Vivino
Stéphane Rosa présente le nouveau look du Guide Hachette : modernisé par l'illustrateur Mathieu Persan. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
n

 

Pour les libraires, les foires aux vins d’automne marquent la rentrée littéraire des rayons spécialisés dans le vin. Trônant en bonne place parmi nouveautés se trouve l’édition 2022 du Guide Hachette des vins. Avec 7 500 nouveaux vins retenus cette année (pour 35 000 vins dégustés en 2021*), la publication maintient sa voilure et ses ambitions : s’adresser au plus grand nombre pour rester la référence dans l’achat de vins explique Stéphane Rosa, le directeur du Guide Hachette, en lançant ce 8 septembre la trente-septième édition à la cité du vin (Bordeaux). Avec 60 000 exemplaires tirés, le responsable d’édition souligne que le Guide Hachette reste le premier titre du secteur, même si les tirages ont diminué depuis le milieu des années 2000, et surtout depuis les années 2010.

Soit le moment de l’apparition de sites internet proposant des notes de dégustation en ligne, qui se matérialise actuellement avec les chiffres impressionnants de la plateforme Vivino (13,6 millions de cuvées référencées et 207 millions de notes données par 51,9 millions d’utilisateurs dans le monde). « On ne peut pas contester la progression de l’utilisation du web par les acheteurs de vin. Ce n’est pas nouveau, les amateurs de vins ont toujours privilégié les conseils de leurs amis, et le numérique en est le prolongement » analyse Stéphane Rosa, qui joue sur la complémentarité des services digitalisés et imprimés. « Ce sont deux modes d’accès à l’information. Nous développons un ton et une écriture de description des vins qui sont accessibles » indique l’éditeur, qui souligne que pour un choisir un restaurant, « tout le monde continue à utiliser le Guide Michelin tout en allant sur TripAdvisor ».

Se renouveler et se dynamiser

Pour rester attractif, le guide Hachette doit rester moderne sur papier et sur internet (avec un site depuis 2008). La nouvelle édition 2022 change ainsi de maquette, avec les illustrations de Mathieu Persan (au style résolument rétro), et se dote d’une marraine, l’influenceuse Margot Ducancel (club de dégustation Rouge aux lèvres). « Désormais, on conviera une personnalité pour parrainer/marrainer chaque édition. C’est comme une personnalité invitée pour être rédactrice en chef : elle donne son avis sur chaque région et partage ses coups de cœur » explique Stéphane Rosa. Pour qui il s’agit avec Margot Ducancel d’« un partenariat pour faire un pont entre deux publics, le sien plus jeune et féminin, le nôtre plus âgé et masculin. On veut se renouveler et se dynamiser avec un nouveau lectorat. »

Cette modernisation s’accompagne d’une préservation des principes fondamentaux du Guide Hachette : des dégustations à l’aveugle, en région et collégiales. Les domaines souhaitant participer envoient gratuitement deux bouteilles de chaque référence candidate, pour être jugées par un panel de dégustateurs professionnels de la région notant les vins (et non les domaines). « Nous associons différentes subjectivités pour s’approcher de l’objectivité » résume Stéphane Rosa, qui souligne l’unicité de ce concept dans le monde éditorial, français et international. De quoi alimenter l’idée de dupliquer à l’étranger ce modèle, dans d’autres pays producteurs.

Réflexions

L’éditeur nourrit également des réflexions pour intégrer des vins étrangers dans un guide Hachette (France ou autre), tout comme la mise en avant des vins de France est à l’étude (le guide France n’accueille que des vins AOP et IGP). S’il existe déjà un guide spécifique pour les vins bio certifiés (avec un pictogramme dans le guide France), une sélection de vins nature pourrait être lancée (avec l’enjeu de la définition de cette gamme cependant). Pour rester moderne face au web, « on doit tenir compte des tendances » conclut Stéphane Rosé.

 

* : Les contraintes liées à la crise sanitaire ont poussé l’éditeur à demander une réduction du nombre d’échantillons envoyés (atteignant 40 000 vins en temps normal).

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé