LE FIL

Traçabilité

Le premier logiciel créé par un vigneron pour les vignerons

Mardi 07 septembre 2021 par Marion Bazireau

Chaque smartphone est géolocalisé. Pour obtenir une précision au rang près, des antennes GPS peuvent être branchées en « plug and play » sur les différentes machines viticoles.
Chaque smartphone est géolocalisé. Pour obtenir une précision au rang près, des antennes GPS peuvent être branchées en « plug and play » sur les différentes machines viticoles. - crédit photo : VitiTag
VitiTag facilite le suivi de l’avancée des travaux vitivinicoles, et permet d’anticiper les plannings. Depuis leur smartphone, les ouvriers peuvent en outre signaler un piquet cassé ou l’apparition de maladies.

« Mon fils a mal tourné, s’amuse Philippe Carretero, propritétaire du château Rioublanc, dans le bordelais. Je l’ai vu partir faire des études d’informatique à Grenoble, alors que je l’imaginais entrer BTS viti-oeno puis passer le DNO » (Diplôme National d'Œnologue).

A la grande fierté de son père, Paul Carretero est revenu sur l’exploitation en 2018, major de sa promotion du master de génie logiciel. « Son arrivée m'a permis de faire de gros progrès dans la gestion de mes 11 salariés permanents » reprend le vigneron.

Son fils lui a d’abord créé une application mobile pour l’aider à gérer leur planning, leurs congés, RTT et générer les bulletins de paie. « Un bonheur pour ma secrétaire, qui ne croule plus sous les feuilles volantes en fin de mois ».

"Plus besoin de passer sur l'exploitation"

Tous les matins, les salariés découvrent la tâche que Philippe Carretero leur a attribué sur leur smartphone, via l’appli téléchargée sur la plateforme Google Play Store. « Si je demande à un ouvrier d’aller rogner dans une parcelle éloignée, il n’a même plus besoin de passer par l’exploitation » explique-t-il.

Paul a continué à travailler sur VitiTag pour en faire un vrai outil de suivi technique. Chaque smartphone est géolocalisé. Pour obtenir une précision au rang près, des antennes GPS peuvent être branchées en « plug and play » sur les différentes machines viticoles. « J’ai accès à l’avancée de tous les travaux à tout moment depuis l’interface web, de mon bureau ou même d’un salon commercial. Et je peux anticiper la journée du lendemain, savoir par exemple de combien d’ouvriers je vais avoir besoin pour finir de tailler une parcelle » illustre le vigneron.

De leur côté, les salariés n’ont qu’à enregistrer leurs heures de début et fin de journée. Ils peuvent aussi d’indiquer la position d’un piquet ou un fil de fer cassé. « Et nous leur avons donné la possibilité de signaler les maladies, comme le mildiou ». Le tout reste très simple à utiliser, l’application ne se composant que de 4 pages.

A la vigne comme à la cave

Sur ordinateur ou tablette, Vititag permet en revanche à l’exploitant de tracer les traitements phytos, de calculer les doses, visualiser les stocks ou le délai de rentrée. Et Philippe Carretero connaît désormais le coût à l’hectare ou à l’hectolitre de vin de chaque travail.

L’interface lui permet enfin de suivre son chai et les transferts de vin de cuve à cuve.

Convaincu par l’outil, et conforté par son prix reçu cette année par la Fondation Agriculture Durable en Nouvelle Aquitaine, le vigneron a décidé de le proposer à ses confrères avec trois mois d'essai gratuit. Son fils peaufine également une version adaptée aux prestataires de services.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé