LE FIL

La vendange de tous les défis

Vendredi 27 août 2021 par Marion Ivaldi

L’année culturale 2021 aura conjugué peut-être plus que nulle autre incidents climatiques et sanitaires. Et la vendange 2021 sera celle de tous les défis. Les premiers échos des caractéristiques des moûts languedociens dévoilent des profils inhabituels. Les œnologues sont sur le pied de guerre pour s’adapter. La bataille pour sortir des vins de la plus grande qualité possible malgré ce contexte hostile est lancée. Bataille qui se déroule alors que les vignes livrent le secret de leurs rendements réels. Et il semble que les prévisions étaient bien trop optimistes par rapport à la réalité. Même les vignes qui n’ont pas gelé donnent peu cette année.

La bataille se livre aussi alors que la pourriture menace et que les vols d’eudémis et les attaques de cryptoblabes sont toujours bien présentes. La bataille prendra une toute autre forme dans les régions sinistrées par les incendies où le recours au charbon est demandé en AOC alors que les premiers raisins ne vont pas tarder à être récoltés. La bataille se joue alors que l’année ne sera pas plus facile que les années précédentes sur le front du recrutement des vendangeurs.

2021 est-elle un premier aperçu de ce que le changement climatique va amener comme défis techniques au vignoble ? En tout cas, elle pourrait donner enfin le top départ d’une nouvelle impulsion politique dans la mise en œuvre d’une stratégie d’application du vignoble, avec la remise de la stratégie de la filière au ministre de l’Agriculture. L’ampleur du travail à accomplir est énorme et recèle bien des débats sur les choix à effectuer. Le dossier va jusqu’à titiller la définition même du vin… De même qu’il faudra aborder la question des densités de plantation, de la surface foliaire, de l’apport d’eau, sujets ô combien polémiques. Tout cela en continuant la transition agro-écologique… Les années qui viennent promettent d’être riches !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
gregoire Le 30 août 2021 à 13:07:58
Merci d'Arius pour cet éclairage scientifique.
Gracia jean paul Le 30 août 2021 à 09:13:44
Cette mise à toutes les sauces du réchauffement climatique est fatiguante. Non content d'avoir la mémoire courte, certains aiment jouer les "Cassandre" et rajouter du "mystérieux", c'est tellement plus fun. Il s'agit aussi d'un problème de culture, j'invite les "lanceurs d'alerte" à se pencher sur l'histoire du vin de Mr DION. Ils pourront lire les différents changements climatiques ayant eu lieu en France depuis 2000 ans. Il ne s'agit pas de nier la pollution qu'engendre l'homme moderne entassé dans des métropoles inhumaines mais de le remettre dans le cours du savoir et de l'étude.
DARIUS Le 27 août 2021 à 14:44:02
On nous parle de réchauffement climatique. Si le climat de cet été avait été tropical humide j'aurais compris. Il a été froid et pluvieux. Ce n'est pas un réchauffement. Ceux qui ont un peu d'âge et de mémoire songeront aux étés 63 65 et 98 qui ressemblaient fort à l'été 2021. De la même façon l'humidité avait provoqué beaucoup de pourriture. Ce n'est donc pas nouveau. Simplement comme le disais John Boorman le propre de l'homme c'est d'oublier. Plus généralement le climat a toujours changé: il y a eu des périodes de réchauffement et d'autres de refroidissement. Il fut même un temps ou les pôles bénéficiaient d'une végétation luxuriante et l'homme n'y était pour rien. Nous sommes depuis très longtemps dans une phase de réchauffement . Il est difficile de faire la part de ce qui revient au mouvement naturel du climat et de ce qui est du aux activités humaines. En tout cas arrêtons d'accuser le changement climatique de tout!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé