Accueil / Viticulture / Déjà 60% de vendange en moins en Bourgogne

Mauvaises nouvelles
Déjà 60% de vendange en moins en Bourgogne

Les viticulteurs font les frais du gel, de la grêle, et d'une météo favorable au développement du mildiou et de l'oïdium. Ils doivent désormais surveiller les foyers de pourriture.
Par Marion Bazireau Le 24 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Déjà 60% de vendange en moins en Bourgogne
A un mois des vendanges, les œnologues s’inquiètent de la progression de la pourriture. - crédit photo : Pixabay
E

ric Pilatte ne revient pas avec de bonnes nouvelles de ses tournées en Côte-d’Or, Saône-et-Loire et Yonne. Ce conseiller viticole et œnologue indépendant estime que les vignerons bourguignons ont en moyenne déjà perdu 60% de leur récolte.

« Je vois des ceps pourvus de dix grappes en côtoyer d’autres n’en portant que deux. Les contrôles de maturité vont être un vrai casse-tête » témoigne-t-il. Cette hétérogénéité est d’abord due aux gelées d’avril. En juin, les vignes du Mâconnais ont en plus été frappées par la grêle, notamment en appellation Pouilly Fuissé.

Des loupés dans la protection phyto

Au même moment, le mildiou et l’oïdium ont commencé à faire des leurs. Début août, Benoît Bazerolle, de la Chambre d’agriculture de Côte d’Or, indiquait que quasiment aucune parcelle n’était indemne d’oïdium sur leur réseau d’observation.

« Dans la majorité des cas, cela se traduit par un ou deux grains touchés qui ont noirci et la maladie est plutôt contenue. Mais nous avons un pourcentage assez élevé de parcelles présentant des attaques sévères avec jusqu’à 20 à 30 % de grappes touchées ».

Les situations les plus dégradées étaient principalement celles où la protection s’est faite avec du soufre, la météo n’y étant pas été favorable.

Apparition de pourriture

Eric Pilatte confirme avoir vu des vignerons complètement rater leur protection phytosanitaire. Il s’inquiète désormais de l’apparition de la pourriture.

Alors que la véraison progresse lentement depuis une quinzaine de jours, « certains foyers sont déjà bien avancés, assure-t-il. A la moindre pluie, tout peut basculer. Les prochains jours vont être cruciaux ».

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé