Accueil / Edito / Nouvelle épreuve olympique

Nouvelle épreuve olympique

Par Alexandre Abellan Le 06 août 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Nouvelle épreuve olympique
N

ul besoin d’aller à Tokyo pour observer des prouesses sportives dépassant l'entendement. Une énième épreuve anime le vignoble français pour ce millésime 2021 : le marathon sprinté, une épreuve d’endurance mené au pas de course. Encore et toujours sur le pont en ce mois d'août, les vignerons de nombreuses régions ont continué de lutter cette semaine pour préserver leur vendange 2021. Exacerbée par des pluies incessantes, la pression reste forte pour le mildiou, s’accroit pour l’oïdium selon les zones et laisse même poindre un risque Botrytis dans certaines parcelles.

Dans des pans conséquents du vignoble, en Alsace, Bourgogne, Bordeaux ou Champagne, on croirait que le mildiou a déjà commencé ses vendanges : il ne reste parfois plus de raisins. Si l’on pourrait y voir une deuxième crise sanitaire frappant le vignoble, il s’agit plus globalement d’une crise climatique sans précédent. Si les excès d’eau marquent de nombreux bassins viticoles, d’autres souffrent de forts manques de précipitation, avec une importante sécheresse sur le pourtour méditerranéen, en Provence, Languedoc, Roussillon… En ajoutant de récents glissements de terrainincendies et autres attaques de criquets, la viticulture est résolument héroïque face à ce qui tient de moins en moins d'un millésime et de plus en plus des dix plaies d'Égypte.

Cet été, le vignoble n’est pas dans une forme olympique, mais il conserve l’esprit cher au baron Pierre de Coubertin* : « l'important dans la vie, ce n'est point le triomphe, mais le combat. L'essentiel n'est pas d'avoir vaincu, mais de s'être bien battu. » Et nul doute que les vignerons vont continuer à se battre dans les prochaines semaines, jusqu'à atteindre des vendanges qui s'annoncent ardues en termes d'hétérogénéité. Courage aux sprinteurs de ce marathon qui passeront la ligne d’arrivée moins pour des médailles que pour les honneurs d’avoir tenu bon face aux éléments déchaînés.

 

* : Citation issue de sa déclaration du 24 juillet 1908 (reprise dans Le vrai Pierre de Coubertin de Jean Durry, paru en 1997).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé