Accueil / Viticulture / La biodiversité du vignoble n'est pas une fable

Inventaire à l’appui
La biodiversité du vignoble n'est pas une fable

Le château Pape Clément vient de mener une campagne approfondie de mesure de la diversité végétale de ses parcelles : un antidote aux idées reçues sur la monoculture viticole.
Par Alexandre Abellan Le 17 août 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La biodiversité du vignoble n'est pas une fable
Alban Borie s'est chargé de l’étude de la biodiversité du château Pape-Clément. - crédit photo : DR
E

n se lançant dans un inventaire botanique des parcelles du château Pape Clément (90 hectares de grand cru classé de Graves), « on ne s’attendait pas du tout à trouver 135 espèces végétales ! On est loin de la caricature d’une viticulture en monoculture » pose Julien Lecourt, le responsable R&D des vignobles Bernard Magrez. Reposant sur 750 comptages (au moins 20 par hectare), la cartographie de la flore du domaine de Pessac-Léognan recense 137 espèces de 33 familles distinctes qui sont présentes spontanément (sans compter les 150 espèces du jardin d’agrément de la propriété). D’après les estimations, ces plantes recouvriraient 62 % de la surface du domaine.

Mené à temps complet par un stagiaire, Alban Borie, ce travail de bénédictin de décompte de la diversité végétale par placette aura duré trois mois (chaque parcelle étant divisée en fragments jugés uniformes selon leur pédologie, leur résistivité et la vigueur des ceps). Cette rigueur scientifique de l’inventaire permet de mettre à profit la variabilité des données d’une parcelle à l’autre. « Dans un endroit on trouve une grande biodiversité, dans un autre elle baisse et il y a une occasion de l’enrichir par ensemencement. La connaissance précise de la qualité de l’enherbement permet une approche botanique pour semer et combler les manques dans certaines parcelles » rapporte Julien Lecourt. Qui note que la cartographie de cette diversité floristique permet également de mieux raisonner les tontes, pour préserver les espèces mellifères et ne pas interférer avec les pollinisateurs.

Espèces indicatrices

Le service R&D étudie désormais les corrélations entre pratiques viticoles et espèces végétales présentes pour « identifier des espèces ou groupes d’espèces végétales indicatrices d’une bonne performance environnementale de nos terroirs ». D’autres études botaniques sont envisagées sur les autres propriétés du groupe, tandis que des projets de haies et de nichoirs sont à l’étude au château Pape-Clément.


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé