LE FIL

Réduire les déviations

La bioprotection du matériel de vendanges obtenue par la pulvérisation de levures

Jeudi 29 juillet 2021 par Claire Furet-Gavallet

Depuis 2018, Laffort réalise des pulvérisations d’Egide sur matériel de vendange dans différents vignobles à travers le monde.
Depuis 2018, Laffort réalise des pulvérisations d’Egide sur matériel de vendange dans différents vignobles à travers le monde. - crédit photo : Laffort
Suite à trois années d’essais, Laffort affirme qu’en appliquant sa levure de bioprotection Zymaflore Egide sur le matériel de récolte, on empêche sa colonisation par une flore indésirable. Ce qui préserve la vendange.

« Nous sommes allés le plus loin possible dans la recherche d’un protocole d’application précoce et efficace de notre levure non-Saccharomyces de bioprotection, Zymaflore Egide », introduit Julie Barthoux, œnologue et responsable de la gamme fermentaire et enzymes de Laffort. Ce travail fait suite à des remontées du terrain. « Des vinificateurs ont constaté que des lots de raisins vendangés à la mi-journée ou en fin de journée étaient moins nets et donnaient des vins moins précis que ceux ramassés en début de journée ».

Cette recherche a conduit Laffort à tester un protocole original. « Depuis 2018, nous réalisons des pulvérisations d’Egide sur matériel de vendange dans différents vignobles à travers le monde et sur tous types et couleurs de raisins », poursuit l’œnologue.

Zymaflore Egide est un mix d’une Metchnikowia pulcherrima et d’une Torulaspora delbrueckii, sorti en 2017. Les contrôles microbiologiques réalisés par Julie Barthoux et son équipe montrent que ces deux souches colonisent la surface des matériels traités, au fur et à mesure de la journée, en lieu et place des habituelles bactéries acétiques et autres micro-organismes indésirables. D’où une moindre pollution des moûts en fin de journée.

Mise en oeuvre simple

« Notre protocole est pratique et simple à mettre en œuvre. Il faut un pulvérisateur à main neuf de 5 à 7 litres, avec des buses classiques, sans filtre, dans lequel on ajoute de l’eau et Egide à 50 g/L. Cette dose peut être diminuée en fonction de l'état sanitaire et de la durée du transport de la vendange » décrit Julie Barthoux. Cette solution peut être conservée 4 à 6 heures à 25°C.

« Il faut ensuite pulvériser la préparation sur la surface des matériels en contact avec la vendange, ce qui correspondra à une dose de 2 à 5 g/100 kg de raisins ». La liste des matériels pouvant bénéficier d’un tel traitement est longue : tête de récolte et bennes des machines à vendanger, cagettes, benne de transport du raisin, table de tri, tapis convoyeur… « Tout ce qui peut être en contact avec les raisins avant le pressoir ou la cuve ».

A quelle fréquence ? « A chaque vidange du matériel ou toutes les 2 ou 3 heures. Un pulvérisateur de 5 litres permet de pulvériser 2-3 fois une machine à vendanger et 4 fois une benne à vendange de 2 tonnes » indique Julie Barthoux qui promet aucun surcoût par rapport à l’utilisation d’Egide sur vendange, toujours possible selon l’organisation de la cave.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé