LE FIL

Replay

Des conseils pour mieux piloter l’irrigation de la vigne

Jeudi 08 juillet 2021 par Marion Bazireau

Le replay du webinaire IFV/Vitisphere est disponible sur Youtube et accessible à la fin de cet article.
Le replay du webinaire IFV/Vitisphere est disponible sur Youtube et accessible à la fin de cet article. - crédit photo : Marion Bazireau
A partir de quand irriguer et combien d’eau apporter ? Ce sont les questions que les viticulteurs posent le plus souvent à leurs conseillers. Deux experts leur ont apporté des réponses lors d'un webinaire.

Passage obligé, Jean-Christophe Payan ingénieur à l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) a introduit le webinaire dédié à l’irrigation en rappelant le contexte qui la régit. L’occasion pour François Bérud, chef du service Vigne et Vin de la Chambre d’agriculture du Vaucluse, d’interroger la pertinence technique de son interdiction au 15 août.

"Entre 0 et 100 mm"

Au fil de la discussion, Jean-Christophe Payan a rappelé aux vignerons que l’irrigation ne fait pas de miracles. « L’irrigation ne permet en aucun cas de stabiliser le rendement. Dans des conditions de sécheresse, on n’a jamais réussi à sauver plus de 50 % de la récolte, qu’elle que soit la quantité d’eau apportée, en sachant que les quantités nécessaires sont relativement faibles, comprises entre 0 et 100mm ». La fertilisation ou la taille sont d’autres façons de maintenir les rendements.

Une vigne irriguée va en revanche avoir tendance à mûrir plus tôt du fait du maintien de son feuillage et d’une meilleure synthèse des sucres, et à donner des raisins plus acides.

Pas de dépréciation des vins

« A la dégustation, seules les irrigations massives peuvent conduire à une dépréciation des vins » explique l’expert, enchaînant ensuite sur des conseils concrets sur les doses, dates de début/de fin d’irrigation, et sur les outils de mesure de la contrainte hydrique.

« A partir de quand irriguer et comment la piloter ? C’est l’une question que les viticulteurs nous posent le plus souvent à la Chambre d’Agriculture » a poursuivi François Bérud, dont l’un des objectifs est de pouvoir donner des conseils plus spécialisés.

"Nouveaux essais"

« Depuis 2017, l’irrigation enterrée est autorisée en vigne, a-t-il rappelé, mais ces résultats sont pour l’heure mitigés, et nous devons mettre en place de nouveaux essais ». Cette technique est un des leviers sur lesquels la filière viticole compte pour pouvoir conserver les quantités d’eau qui lui sont attribuée.

 

Le visionnage de cette vidéo est susceptible d'entraîner un dépôt de cookies de la part de l'opérateur de la plate-forme vidéo vers laquelle vous serez dirigé(e). Compte-tenu du refus du dépôt de cookies que vous avez exprimé, afin de respecter votre choix, nous avons bloqué la lecture de cette vidéo. Si vous souhaitez continuer et lire la vidéo, vous devez nous donner votre accord en cliquant sur le bouton ci-dessous.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé