Accueil / Commerce/Gestion / "Tous les indicateurs montrent que la récolte 2021 sera inférieure à celle de 2017"

Boris Calmette
"Tous les indicateurs montrent que la récolte 2021 sera inférieure à celle de 2017"

À l'occasion de son dernier congrès en tant que président des Vignerons Coopérateurs, le viticulteur languedocien fait le point sur les perspectives de vendanges.
Par Alexandre Abellan Le 05 juillet 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Boris Calmette participe ce premier juillet à son dernier congrès des coopératives françaises en tant que président. Il passera la main en octobre 2021 à l’issue d’un conseil de section dans l’Hérault. Un candidat s’est manifesté à date : Joël Boueilh, le président de Plaimont Producteurs. - crédit photo : Capture d'écran
l

« Tous les indicateurs montrent que la récolte 2021 sera inférieure à celle de 2017, déjà historiquement faible » pose Boris Calmette, le président des Vignerons Coopérateurs, lors du quarante-huitième congrès des caves coopératives françaises ce premier juillet au parc des expositions de Colmar (Haut-Rhin). « Le gel de ce printemps est historique au pire sens du terme, exceptionnel par la baisse des températures enregistrée dans certains vignobles, il va conduire à une chute de récolte inégalée. Des épisodes de grêle ces derniers jours ajoutent encore à la détresse des exploitants et sans doute encore un peu plus amputer notre potentiel » précise le viticulteur languedocien, qui salue la « réaction rapide et dimensionnée » des aides de l’État pour accompagner les domaines touchés (fonds d’urgence, cotisations sociales, taxes foncières…).

S’il est difficile d’estimer précisément les volumes qui ne seront pas vendangés en 2021, Boris Calmette indique en conférence presse que la filière table sur une perte de 15 millions d’hectolitres, soit une baisse de 30 % de la récolte par rapport au potentiel de production. Un trou béant qui nécessite du « travail pour dimensionner des aides prenant en charge les charges fixes dans nos outils de transformation et de première mise en marché » indique le président des Vignerons Coopérateurs, qui souligne que comme « les charges fixes représentent 80 % des charges globales, et sont identiques que l’on vendange 100 ou 10 tonnes, cela est à même de perturber, voir compromettre l’avenir des caves et il est important de réfléchir à une aide ciblant cette problématique. »

Nous ne regrettons pas la distillation

Si des metteurs en marché regrettent que des volumes aient été envoyés à la distillation de crise en 2020 alors qu’ils manquent en 2021, Boris Calmette rappelle la facilité à avoir raison après coup. D’autant plus que les réflexions de mars 2021 au sein de la filière portait sur une nouvelle campagne de distillation (le confinement durant alors, comme les taxes Trump), jusqu’à ce que le gel d’avril change la donne. « Nous ne nous regrettons absolument pas la distillation que nous avons mis en place l’année précédente, et qui a permis, je n’en doute pas, de soutenir les prix du marché et de sauver vraisemblablement un certain nombre de nos entreprises » estime Boris Calmette.


 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé