Accueil / Viticulture / La vendange des vignes gelées se prépare dès maintenant

Languedoc
La vendange des vignes gelées se prépare dès maintenant

Lors d'un webinaire ce mardi 22 juin, l'ICV a présenté les points clé pour tirer le meilleur parti de la vendange 2021, à la suite du gel. A commencer par de premières pré-sélections parcellaires et des contrôles de maturité encore plus rigoureux.
Par Michèle Trévoux Le 24 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La vendange des vignes gelées se prépare dès maintenant
Le vignoble languedocien a été très fortement touché par les gelées du début avril 2021. - crédit photo : ICV
U

ne chose est sûre, les cartes sont rebattues pour le millésime 2021 en Languedoc. Le gel du mois d’avril a sérieusement chamboulé le déroulement du cycle végétatif de la vigne. Lors d’un webinaire ce mardi 22 juin, les experts de l’ICV ont donné quelques conseils pour tirer le meilleur parti de la maigre récolte qui s’annonce. « On constate des écarts de 15 jours dans les stades végétatifs de la vigne au sein d’une même parcelle, voire sur une même souche. Sur un même pied, on peut voir le stade floraison à côté de grappes au stade petit pois. C’est un décalage qu’on risque de retrouver à la vendange » indique Benoit Planche, consultant viticole à l’ICV de Montpellier.

Autre constat de terrain, le rendement dans le département de l’Hérault s’annonce particulièrement bas si l’on s’en réfère aux comptages des inflorescences. « On relève 13 à 14 inflorescences par souche, c’est encore plus bas que lors du gel de 2017. C’est 15 % de moins que pour la récolte 2020 et 24 % de moins que la moyenne des dix dernières années. Il peut bien sûr y avoir des compensations avec un poids de baie plus important. A ce jour, la prédiction du rendement est encore très aléatoire » a-t-il précisé. Pour préserver cette faible récolte, le technicien recommande un suivi attentif du vignoble jusqu’aux vendanges, en veillant d’ores et déjà à limiter la concurrence hydro azotée. Il conseille également de ne pas arrêter trop tôt les traitements phytosanitaires pour bien couvrir jusqu’à la récolte les grappes qui sont actuellement au stade végétatif le moins avancé. Enfin, le soutien de la plante par l’irrigation quand celle-ci est possible sera un plus pour minimiser les pertes de récolte.

Classifier les parcelles dès maintenant

La sélection parcellaire sera cette année une étape clé pour tirer le meilleur parti de cette récolte. « L’hétérogénéité au sein d’une parcelle est visible à ce stade et jusqu’à la fin véraison. C’est durant cette période qu’il convient de classifier ses parcelles et de les orienter vers des profils de produits adaptés » préconise le consultant. Pour les parcellaires importants en surface, œnoview, qui permet de cartographier le suivi végétatif de la vigne à partir d’images satellites, peut être un outil intéressant pour repérer les zones homogènes et catégoriser les parcelles.

Plus que jamais, les contrôles de maturité devront être menés cette année avec une grande minutie. « Il ne faudra pas lésiner sur le temps passé pour faire les prélèvements et avoir un échantillon représentatif pour chaque parcelle ». Le protocole ICV prévoit de prélever 200 baies par parcelle sur 40 souches différentes, soit 5 baies par souche. Il faut veiller à prélever ces baies à différents endroits de la grappe. Il peut être judicieux cette année de doubler ces contrôles en les réalisant sur les ceps les plus chargés d’une part et les ceps les moins chargés d’autre part. Dans le cas de forte hétérogénéité, on considèrera les résultats sur la zone homogène qui représente la plus grande surface de la parcelle.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé