LE FIL

Millésimes Alsace

Digitale, "cette formule de salon a donné envie d’Alsace"

Vendredi 11 juin 2021 par Christophe Reibel

Xavier Baril en conversation-dégustation avec l’un de ses interlocuteurs. La visioconférence n’a pas altéré le contact. Le tutoiement a été adopté d’emblée.
Xavier Baril en conversation-dégustation avec l’un de ses interlocuteurs. La visioconférence n’a pas altéré le contact. Le tutoiement a été adopté d’emblée. - crédit photo : Domaine Engel
Du 7 au 9 juin, Xavier Baril, du domaine Fernand Engel à Rorschwihr, a participé, comme 99 autres de ses collègues, à la première édition digitale du salon Millésimes Alsace. Il se félicite de son audience et des premières retombées.

Vingt-cinq rendez-vous programmés, vingt-trois entretiens effectifs via l’écran, quatre prospects sérieux enregistrés : ce seul bilan chiffré ravit déjà Xavier Baril ! « D’habitude, je suis content quand j’obtiens un ou deux contacts prometteurs. Là, c’est le double ! C’est très très bien » lance-t-il. Ces nouveaux clients potentiels habitent l’Espagne, les Etats-Unis, Taïwan et la Chine. « J’ai déjà échangé trois courriels en l’espace de trois jours avec l’importateur chinois. C’est très bon signe » analyse Xavier Baril, enthousiaste.

Le premier jour du salon a été le plus chargé pour lui. A partir de 6h30, il a cumulé quelque sept heures de visioconférences. « Des rendez-vous business avec le plus souvent des importateurs. Ils ont constitué 15 % de mon public. C’est plus que de coutume » commente-t-il. Les deux jours suivants ont été plus calmes avec deux heures trente d’échanges à chaque fois. Le public était davantage composé de restaurateurs et de sommeliers, de journalistes et de blogueurs. « C’est bien aussi. Les articles qui vont être publiés alimentent la réputation du domaine dans les 35 pays où nous sommes déjà présents ».

"Plus de monde qu’en présentiel"

Ce modèle de l’édition 2021 du salon séduit Xavier Baril, à la tête d’un domaine bio de 65 hectares qui commercialise 600 000 bouteilles par an. « J’ai ciblé les marchés export. J’ai touché cinquante pays. Et j’ai vu plus de monde qu’en présentiel. Ce modèle de salon a l’avantage de faire économiser des frais et du temps de déplacement » constate le viticulteur qui avait préparé son affaire en adressant un e-mailing court et précis à des importateurs n’ayant pas encore de vins d’Alsace dans leur portefeuille. « J’ai insisté sur le bio, les cuvées iconiques qui démarquent le domaine comme un crémant premium à triple fermentation, un pinot noir inspiré de l’amarone italien, un sylvaner sur le fruit élevé pendant deux ans » détaille Xavier Baril.

Chaque rendez-vous d’une vingtaine de minutes s’est mué en un « temps dédié et calme », des moments « que d'habitude on n’a jamais sur un salon. Contrairement au mode présentiel où l’on se vouvoie en se donnant du "monsieur", la majorité de mes interlocuteurs a d’emblée adopté le tutoiement. Nous nous sommes simplement appelés par notre prénom. Cela change le rapport. Hormis deux personnes qui avaient déjà dégusté l’échantillon en leur possession avant l’entretien, toutes les autres ont préféré attendre pour discuter et privilégier la qualité de l’échange ». Côté technique, le fait d’avoir de l’écho à la première connexion pour avoir ouvert la salle de réunion deux fois au lieu d’une, a été réglé par un simple coup de fil à la plateforme d’assistance de l’organisateur, le Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace (Civa).

100 coffrets, 131 demandes

Xavier Baril a battu le fer dès le lendemain du salon en relançant ses prospects sans oublier de recontacter les professionnels n’ayant pas pris rendez-vous et ceux n’ayant pas pu être servis en échantillons. « J’ai eu 131 demandes de coffrets mais je n’en avais que 100 à disposition » rapporte Xavier. Au cours des échanges, trois de ses interlocuteurs lui ont fait part de leur intention de se déplacer. Aux yeux de Xavier Baril, ce n’est pas le moindre des mérites du salon. Sa première réussite profite au vignoble tout entier car il a « donné envie d’Alsace » !

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé