Accueil / Politique / Les candidats appelés à soutenir le moratoire des taxes américaines sur les vins et spiritueux

Région Nouvelle-Aquitaine
Les candidats appelés à soutenir le moratoire des taxes américaines sur les vins et spiritueux

Les vignobles d'Armagnac, de Bordeaux et de Cognac s'unissent pour sensibiliser les prétendants des prochaines élections régionales sur les enjeux commerciaux transatlantiques.
Par Alexandre Abellan Le 11 juin 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les candidats appelés à soutenir le moratoire des taxes américaines sur les vins et spiritueux
Les candidats ayant répondu à Vitisphere indiquent leur détermination pour aider la filière vitivinicole. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
U

ne nouvelle alliance est née dans le vignoble français : ABC, pour Armagnac, Bordeaux et Cognac. Le trio d’appellations de la région Nouvelle Aquitaine se mobilise à l’approche des régionales (dont le premier tour a lieu ce 20 juin), interpellant quatre candidats sur les enjeux des négociations transatlantiques en cours pour lever définitivement la menace des surtaxes américaines de 25 % pesant sur les vins français (reprenant potentiellement dès ce 11 juillet).

« La filière vins et spiritueux française subit depuis 2019 des sanctions insupportables et non justifiées, dans le cadre d’un contentieux aéronautique soumis à l’OMC (Airbus/Boeing) [et] si cette situation perdurait, le secteur vins et spiritueux de Nouvelle Aquitaine serait de loin le plus pénalisé* » alertent conjointement Patrick Farbos, le président du Bureau National Interprofessionnel d’Armagnac (BNIA), Benard Farges, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB) et Christophe Véral, le président du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC). Face au risque d’un rétablissement, « il faut absolument qu’un résultat concret soit annoncé lors de la venue en Europe du président Joe Biden, le 14 juin prochain » plaide cette alliance, souhaitant l’appui de la représentation régionale à Bruxelles.

L'épée de Damoclès

« Bien entendu, j’ai accueilli favorablement le changement d’administration aux Etats-Unis, mais sans naïveté. L’épée de Damoclès pèse encore sur nos viticulteurs et je reste attentif, en discussion avec les Ministres concernés et avec mes collègues Présidents des autres régions viticoles françaises » réagit auprès de Vitisphere le candidat sortant Alain Rousset (PS, PCF et PRG), qui souligne que la « Nouvelle-Aquitaine est la première région viticole française en valeur (dont plus de 5 milliards € à l’exportation) ».

« La Nouvelle Aquitaine est la première Région française quant à la production vitivinicole. Elle emploie près de 54 000 personnes et recouvre environ 15 000 entreprises » renchérit auprès de Vitisphere le candidat Nicolas Florian (Les Républicains). L’ancien maire de Bordeaux estime que « la Région se doit d’être attentive au devenir de cette filière et aux conséquences de la "taxe Trump" » tout en soulignant qu’« une partie de la solution relève de l’Europe et de l’État français lequel a autorisé un supplément de distillation, une aide au stockage. Par ailleurs, la mise en place d’un fonds de compensation à destination des entreprises les plus impactées est une mesure fortement souhaitable. »

Filières stratégiques pour notre Région

Mais « si aucun accord ne devait être trouvé, nous insistons pour que le dispositif actuellement en vigueur soit prolongé et maintenu » précise Nicolas Florian, annonçant qu’en cas d’élection « nous réorganiserons le bureau de la Région Nouvelle-Aquitaine à Bruxelles pour renforcer son efficacité afin qu’il puisse peser davantage sur les décisions. Cela doit être son rôle, et les instructions et moyens seront donnés pour y parvenir surtout lorsque celles-ci touchent à des filières stratégiques pour notre Région ».

En termes de stratégie d’avenir, Alain Rousset pousse à la poursuite du programme Vitirev pour la « transition des territoires viticoles orientée vers la qualité des vins et la qualité des pratiques culturales. Les fondamentaux du diagnostic qui ont conduit à ce choix sont inchangés et l’élan environnemental ne doit pas être sacrifié au motif de la crise économique » estime le candidat à sa réélection.

Contactés, les deux autres candidats contactés par le vignoble n’ont pas réagi au moment de cette publication. Il s'agit de Géneviève Darrieussecq (Modem-La REM) et Nicolas Thierry (Europe Ecologie les Verts).

 

 

* : En 2019, les exportations régionales étaient constituées à 21 % par les vins et spiritueux (avec 5 milliards d’euros).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé