Accueil / Viticulture / Un simple smartphone pour estimer son rendement viticole dès la nouaison

Pratique
Un simple smartphone pour estimer son rendement viticole dès la nouaison

L'outil développé par des chercheurs américains réduit de moitié les erreurs de prévision du rendement et permet aux viticulteurs d'organiser leur chantier de vendanges plus tôt dans la saison.
Par Marion Bazireau Le 09 juin 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un simple smartphone pour estimer son rendement viticole dès la nouaison
Les viticulteurs n’auront plus qu’à filmer la vigne pour obtenir leur futur rendement. - crédit photo : Université de Cornell
D

ans l’Etat de New-York, l’Université de Cornell a demandé à des ouvriers viticoles de compter le nombre de grappes présentes dans une portion de parcelle en contenant 320.

« Ils en ont trouvé entre 237 et 309 » rapportent ses ingénieurs, « sachant qu’en pratique, le comptage est réalisé sur un petit échantillon, puis multiplié par le nombre total de rangs, faussant davantage les prévisions, avec un décalage moyen de 24 % par rapport au rendement final ».

Ils ont développé un outil pour réduire de moitié ce taux d’erreur, tout en faisant gagner du temps aux viticulteurs.

A partir de la nouaison et de jour comme de nuit, il leur suffira bientôt de placer leur smartphone sur un cardan fixé sur leur tracteur. « Ils lanceront la vidéo lorsqu’ils démarreront leurs travaux et la téléchargeront sur un serveur lorsqu’ils rentreront au bureau » indiquent les ingénieurs.

Leur application analyse 5 images par secondes. « Tous les pieds de vigne sont passés en revue. Même si le smartphone ne voit pas toutes les grappes, nous estimons qu’un viticulteur devrait compter manuellement 70 % de son vignoble pour obtenir une aussi bonne prédiction ».

La logistique des vendanges facilitée

Grâce à cette application les viticulteurs vont avoir une idée de leur rendement très précocément. « Ils pourront planifier leurs vendanges, leurs vinifications, et leurs ventes beaucoup plus facilement ».

Les ingénieurs vont tester et finaliser leur application cette saison avant de la mettre à disposition de la profession. « Des hectares et des hectares de vidéos pourraient être traités en quelques heures par des services comme Google Cloud pour quelques dizaines de dollars » assurent-ils dans leur rapport

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé