LE FIL

C’est confirmé

Le salon Millésime Bio devient phygital

Mercredi 09 juin 2021 par Anne Schoendoerffer

Qu'un salon soit physique ou numérique, la clé de sa réussite réside dans sa préparation précise Olivier Goué.
Qu'un salon soit physique ou numérique, la clé de sa réussite réside dans sa préparation précise Olivier Goué. - crédit photo : Capture d'écran
L'évènement des vins bio gardera une dimension digitale en 2022. Il devient physique et digital. Quand et pourquoi ? Les réponse en avant -première.

“La session digitale se tiendra une semaine avant le salon physique” indique Olivier Goué, le chef de projet Millésime Bio, ce jeudi 3 juin, lors d’une table ronde dédiée à la prospection commerciale sur les réseaux sociaux. L'association SudVinBio, l'organisateurs du salon, a pris le temps de réfléchir à la meilleure formule et au positionnement optimal. Ce sera donc avant, pour prendre des rendez-vous et commencer les négociations en amont du salon en présentiel. “Ensuite, on se retrouvera en direct. Les rendez-vous seront peut-être plus courts et efficaces” pressent Olivier Goué.

A la fin de l’édition 2021, 100 % digitale, covid-19 oblige, 50 % des exposants virtuels ont plébiscité un salon mixte. Comme le rappelle le chef de projet Millésime Bio : sur les 1 300 inscrits à l’origine en présentiel (avant l’annonce de l’annulation de l’événement), 1 000 ont participé à la version online “même si c’était une inconnue”.

"Bon taux de transformation"

L’un des bénéfices de la version numérique : sur les 4 000 acheteurs actifs, 50 % étaient des étrangers alors qu’en présentiel, ils sont généralement 20 %. Avec une très forte représentation des importateurs à 65 %. Question volume d'affaires, Olivier Goué indique qu'“un salon digital draine certes moins de visiteurs, mais beaucoup mieux qualifiés. Les exposants ont généralement moins de passage sur leur stand (virtuel) mais plus efficace. Après sondage auprès de mes administrateurs, les contacts pris ont rapidement apporté des commandes sous 1 à 2 semaines. Moins de visiteurs "badauds" pouvant venir sur un salon présentiel par curiosité et pour la dégustation. Donc un bon taux de transformation”.

En chiffres, cela donne : 20 000 mises en relation (tchat ou vidéo) et 5 500 rendez-vous validés avant le salon.

Pour Olivier Goué, il est important que les exposants travaillent leur salon avant. Sur le digital, ça passe par faire son stand online avec du contenu qualitatif et par la prospection avant l’ouverture du salon. Il constate d’ailleurs : “Ceux qui n’avaient pas préparé avant, n’ont pas eu grand chose”. Alors que certaines sociétés pro-actives avaient 74 rendez-vous fixés dès l’ouverture du salon.

Les salons phygitaux - un nouveau nom à retenir - c’est sans doute le début du monde d’après.

 

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé