Accueil / Commerce/Gestion / Cette cave profite de la séparation conseil/vente de phytos pour inciter à la certification

Bordeaux
Cette cave profite de la séparation conseil/vente de phytos pour inciter à la certification

Les viticulteurs bordelais de Rauzan sont appelés à se certifier en bio, HVE, etc. pour éviter l'obligation réglementaire de contracter un conseil stratégique. Un accompagnement financier est mis en place pour se faire.
Par Alexandre Abellan Le 08 juin 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Cette cave profite de la séparation conseil/vente de phytos pour inciter à la certification
La coopérative de Rauzan n’est pas directement concernée par la séparation du conseil et de la vente de phytos, ne vendant pas de produits à ses adhérents. - crédit photo : Caves de Rauzan (photo de groupe pré-covid)
N

ouvel argument pour lever les réticences vigneronnes aux certifications environnementales : la séparation entre le conseil et la vente de produits phytos implique que chaque domaine devra justifier d’avoir reçu deux conseils stratégiques, espacés de deux à trois ans, sur la période cinq ans de validité du Certiphyto. Le cas échéant, les décideurs ne pourront renouveler leur certificat individuel pour les produits phytopharmaceutiques. Du moins si leur domaine n’est pas certifié bio ou Haute Valeur Environnementale (HVE). « La certification est l’objectif de ce dispositif » indique Philippe Hébrard, le directeur général des caves de Rauzan (Entre-Deux-Mers). Dans une décision de la fin de l’hiver 2021, le conseil d’administration de la coopérative a décidé de transformer cette contrainte en levier de certification.

« Nous proposerons le conseil spécifique à nos adhérents (le choix des produits pour traiter les maladies de la vigne), mais nous avons fait le choix de ne pas proposer de conseil stratégique » indique Philippe Hébrar. Ce qui implique que les viticulteurs de la coopérative non-certifiés doivent trouver un conseil extérieur, et payant, ou se lancer dans une conversion. Cette solution est soutenue par un nouvel accompagnement financier par tranches de surfaces. La cave valorise en effet les parcelles adhérant à des labels de développement durable : Agriconfiance, bio, HVE, Vignerons engagés…

De 5 à 17 % de bio

Ayant porté ses surfaces à 4 060 hectares, grâce à de nouveaux adhérents, la cave de Rauzan recense plus de 90 % de sa production sous labels Agriconfiance et Vignerons Engagés. La coopérative vise 85 % de surfaces labélisées HVE pour 2020 (des certifications rétroactives sont en cours) et compte atteindre 95 % dès 2021. « Il y a toujours cas des particuliers où il y a des difficultés (comme lorsqu’il y a plusieurs ateliers agricoles) » indique Philippe Hébrard. Recensant actuellement 5 % de son vignoble certifié bio, la cave compte 17 % de ses surfaces engagées dans la bio en comptant les conversions déjà en cours pour 2021. « Une vague de conversion bio est en cours à Bordeaux. C’est bien, jusqu’à présent on a toujours manqué de vins bio » indique Philippe Hébrard. Pour le directeur général, il n’y pas d’opposition à nourrir entre bio et HVE, les deux démarches sont complémentaires dans une stratégie offensive de différenciation.

La HVE devrait être une fierté pour la viticulture

« N’en déplaise à ses détracteurs, la HVE repose sur des obligations de résultat, avec des impacts indiscutablement favorables à l’environnement (réduction des intrants, surfaces agroécologiques...) » indique Philippe Hébrard, rappelant que les critères chiffrés pour accéder à la certification été définis par le Grenelle de l’Environnement et pas le vignoble. « La HVE devrait être une fierté pour la viticulture. Que la viticulture accède facilement à la HVE devrait démontrer que la viticulture est vertueuse et avancée en matière de transition écologique » souligne l’ingénieur agronome, qui défend la HVE avec vision globale pour coupler les labels environnementaux.

« Derrière ces démarches, il y a une réponse à des demandes sociétaires. Éviter de subir comme une contrainte et anticiper fait partie de nos gènes avec l’approche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE, validée au niveau exemplaire pour la cave selon l’ISO 26 000) » conclut le directeur général.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé