LE FIL

Main dans la main

L’Inrae et l’IFV étoffent leur partenariat pour la recherche vitivinicole

Lundi 24 mai 2021 par Michèle Trévoux

« Aujourd’hui, on travaille ensemble pour apporter des éléments de réponse pour la viticulture de demain » se réjouit Bernard Angelras, président de l’IFV.
« Aujourd’hui, on travaille ensemble pour apporter des éléments de réponse pour la viticulture de demain » se réjouit Bernard Angelras, président de l’IFV. - crédit photo : INRAE
Les deux institutions renouvellent pour 10 ans le contrat de partenariat engagé en 2012 et étendent son champ d’application à toutes les grandes problématiques de la filière.

L’Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement (Inrae) et l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) font équipe commune. Les deux instituts de recherche signent un accord de partenariat sur 10 ans visant à mutualiser les connaissances et compétences sur les principales thématiques de la filière vigne et vin. « Nous avons commencé à travailler ensemble sur la création variétale en 1997. En 2012, nous avons formalisé ce partenariat qui portait essentiellement sur le matériel végétal. Aujourd’hui, nous renouvelons notre collaboration en l’étendant à toutes les grandes questions que se pose la filière : la création variétale bien sûr, mais également la protection du vignoble, le dépérissement de la vigne, les sols, les méthodes de vinification… Sur tous ces thèmes, nous travaillons ensemble sur des programmes communs. Certains collaborateurs de l’IFV sont intégrés dans des équipes Inrae à Montpellier ou à Bordeaux » explique Jean-Pierre Van Ruys, directeur de l’IFV.

A Montpellier par exemple, l’Unité Mixte Technologique Genovigne® réunit des chercheurs de l’Inrae et de l’IFV, qui s’appuient sur les avancées récentes de la connaissance du génome de la vigne et de son séquençage pour créer de de nouvelles variétés. « Avec ce partenariat, nous souhaitons offrir une capacité de R&D commune, qui associe recherche fondamentale et expérimentation de terrain pour accompagner et accélérer la transition agro-écologique et l’adaptation au changement climatique » souligne Philippe Mangin, président de l’Inrae.

"Réponse pour la viticulture de demain"

« Par le passé, on nous a souvent reproché de ne pas fonctionner main dans la main. Aujourd’hui, on travaille ensemble pour apporter des éléments de réponse pour la viticulture de demain » se réjouit Bernard Angelras, président de l’IFV.


 

Six axes prioritaires de recherche ont été définis à l’horizon 2030 :
  • L’innovation variétale avec la création de nouvelles variétés, résistantes aux maladies mais également à la sécheresse et aux fortes chaleurs
  • la lutte contre le dépérissement du vignoble, qui en 20 ans a réduit de 9hl/ha la production viticole française
  • La conduite et la gestion du vignoble pour accompagner la transition agro-écologique, avec le biocontrôle, les méthodes et outils de surveillance, les équipements de viticulture de précision
  • le changement climatique et les adaptations qu’il induit
  • La qualité du vin et les attentes des consommateurs
  • Les observatoires et données sur les sols, les pratiques culturales, sur l’épidémio-surveillance, l’impact sur la biodiversité... L’objectif est de collecter de façon décentralisée un maximum de données qui vont ensuite aider l’ensemble de la filière grâce à la mise à disposition de référentiels, de listes de variétés…

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé