Accueil / Oenologie / Pour Sofralab, l'oenologie commence désormais à la vigne

Oenoterris
Pour Sofralab, l'oenologie commence désormais à la vigne

Le groupe lance trois biostimulants foliaires à appliquer aux raisins blancs ou rouges pour favoriser leur bon développement et leur potentiel aromatique. Cette gamme est complété par différents produits oenologiques en fonction du profil recherché par les vignerons.
Par Marion Bazireau Le 13 mai 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pour Sofralab, l'oenologie commence désormais à la vigne
Six ans d’essais avec Frayssinet ont fini de convaincre Sofralab de se lancer dans l''agro-oenologie'. - crédit photo : Sofralab
L

e groupe Sofralab sort des caves. Cinq ans d’essais avec la société Frayssinet sur une syrah à Baixas ont fini de le convaincre que les vins gagnent à être travaillés dès la vigne et non plus corrigés au chai.

« Nous avons étudié différentes modalités, en réalisant ou non des apports d’engrais au sol, d’engrais foliaires. Puis dans notre cave expérimentale à Montagnac, nous les avons vinifiées en rosé, avec des levures neutres ou révélatrices d’arômes » relate Arnaud Soulier, directeur marketing.

Les actions au vignoble se sont toujours accompagnées d’un meilleur rendement, supérieur en moyenne de 22 % par rapport au témoin, sans impact sur les paramètres chimiques (pH, degré alcoolique, acidité totale…)

A la dégustation, les vins issus des parcelles traitées par les produits Frayssinet ont systématiquement été préférés par le jury. Des analyses réalisées par le laboratoire Nyséos ont confirmé une plus grande teneur en composés de type thiols. Les vins ensemencés avec des levures révélatrices d’arômes sont encore plus sortis du lot.

Sofralab fait donc le pari de l’« agro-œnologie raisonnée » et veut désormais aider ses clients à faire les bons choix d’itinéraires technologiques de la vigne jusqu’à la mise en bouteille.

Un programme pour les blancs, un autre pour les rouges

Dès cette année, il distribue sous la marque Oenoterris trois produits foliaires spécialement formulés par Frayssinet pour Sofralab pendant les essais. « Nous proposons un programme pour les vins blancs, avec deux applications d’Oenoterris Fleur, un biostimulant liquide permettant d’assurer l’homogénéité de la floraison, d’éviter les phénomènes de coulure, de millerandage ou d’asynchronie, de renforcer la résistance de la plante aux stress abiotiques comme le stress hydrique, et d’assurer sa nutrition » reprend Arnaud Soulier.

A la fermeture de la grappe et à la floraison, les vignerons sont encouragés à appliquer Oenoterris Arômes, pour favoriser la synthèse de précurseurs des thiols, d’esters, et de glutathion. Une fois vendangé, les raisins sont collés avec la bonne colle à la bonne dose (PVPP, gélatine, albumine, protéine de pois ou une association) en fonction de la composition phénolique des moûts enregistrées par le Polyscan de Vinvention. Ils sont ensuite nourris et ensemencés avec des levures adpatées.

Les clients sont séduits

Même chose en rouge. Oenoterris Arômes étant simplement remplacé par Oenoterris Expression pour homogénéiser la maturité phénolique et garantir une bonne expression du fruité sans dureté ni amertume, et les produits œnologiques adaptés aux profils recherchés.

Les clients sont séduits par l’idée. « Nous allons bien les suivre cette année pour nous assurer qu’ils conservent des parcelles non traitées et vinifient leurs lots de manière séparée » indique Arnaud Soulier.

Sofralab présentera sa nouvelle démarche lors d’un webinaire ce 21 mai. 

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé