LE FIL

Manifestation éclair

Mobilisation pour les vignerons audois gardés à vue suite aux dégradations de l'IFV

Vendredi 30 avril 2021 par Michèle Trévoux

« Je suis fier de la solidarité vigneronne qui s’est manifestée mercredi » indique Frédéric Rouanet.
« Je suis fier de la solidarité vigneronne qui s’est manifestée mercredi » indique Frédéric Rouanet. - crédit photo : Syndicat des Vignerons de l'Aude
Plus de 300 viticulteurs ont manifesté ce 27 avril à Narbonne pour protester contre l’interpellation de deux des leurs suite à l'action coup de poing contre l'Institut Français de la Vigne et du Vin en janvier. Le soir-même, ces derniers sont sortis de leur garde à vue.

Ils n’ont pas tardé à se mobiliser. Le mardi 27 avril, en début d’après-midi, près de 300 viticulteurs ont répondu à l’appel du Syndicat des Vignerons de l’Aude et se sont rassemblés à Narbonne pour soutenir et réclamer la libération immédiate de deux de leurs pairs. Franck Saillans, vice-président du syndicat, et Damien Onorre, trésorier, ont été interpellés ce 27 avril à 6 heures du matin à leur domicile.

Ils sont soupçonnés d’avoir participé aux exactions commises le 29 janvier dernier sur le site de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) au Grau du Roi (Gard). Les bureaux avaient été vandalisés et une inscription « Crav-phyto » avait été taguée sur le bâtiment. Les deux viticulteurs audois ont été emmenés à la gendarmerie de Vauvert dans le Gard où ils ont été placés en garde à vue.

Pneus enflammés et route coupée

« Nous ne comprenons pas pourquoi nos deux amis ont été ainsi cueillis à leur domicile. Il suffisait de les convoquer, ils se seraient rendus à la convocation » s‘indigne Frédéric Rouanet, le président du Syndicat des vignerons de l’Aude. Il a également pointé que le moment était mal venu pour inquiéter ces vignerons, tous deux touchés comme la plupart des viticulteurs de la région par le dramatique épisode de gel qui vient de fusiller une bonne partie du vignoble français. Les manifestants ont barré la route, devant la gendarmerie de Narbonne avec des pneus enflammés coupant la circulation une bonne partie de l’après-midi.

En fin d’après-midi, les deux viticulteurs audois interpelés étaient libérés. Ils sont désormais sous contrôle judiciaire, avec interdiction de se rendre dans le Gard durant le temps de l’enquête. « Je suis fier de la solidarité vigneronne qui s’est manifestée mercredi. En une heure, nous avons réussi à mobiliser plus de 300 vignerons. Grâce à cela, la garde à vue a pu être rapidement levée. Bien entendu, nous allons suivre cette affaire » confie Frédéric Rouanet.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Octave Le 30 avril 2021 à 14:28:56
Les vignerons audois devraient se réinventer, non ? .... n'ont-ils pas encore compris que vandaliser c'est définitivement nul et très con ... et vice versa ! Quant à leur mobilisation "gros bras" et à leur décision de gâcher la vie des autres (pneus enflammés), c'est l'expression d'une bêtise insupportable. Il y a eu le gel, Ok, il y a encore les freins à la commercialisation et à la consommation à cause de la pandémie et des taxes à l'import US, Ok .... mais connaissent-ils un secteur d'activité aussi aidé que le leur ? ... je veux rester correct mais ces audois me font ch... désolé de le dire comme ça.
guillaume Le 30 avril 2021 à 14:11:22
bonjour, des pneus brûlés, aucun respect......du grand n'importe quoi!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé