LE FIL

Gel catastrophique

Un milliard d'euros ne suffira certainement pas

Mardi 20 avril 2021 par Bertrand Collard

Jérôme Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, Emmanuel Macron, président de la République et Romain Deloustal, vigneron et président des JA d'Occitanie le 19 avril dans les locaux de la Caf de La Mosson à Montpellier
Jérôme Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, Emmanuel Macron, président de la République et Romain Deloustal, vigneron et président des JA d'Occitanie le 19 avril dans les locaux de la Caf de La Mosson à Montpellier - crédit photo : DR
Lors de sa visite à Montpellier le 19 avril Emmanuel Macron a rencontré Romain Deloustal, jeune viticulteur à Vendémian qui lui a raconté la catastrophe inouïe qu'il vient de subir, comme toute sa région.

« La rencontre s’est très bien passée. Le président m’a tout de suite mis à l’aise. Ca a été très bienveillant comme rendez-vous », rapporte Romain Deloustal. Et une première pour ce viticulteur de l’Hérault, président des JA d’Occitanie, que cet entretien avec Emmanuel Macron.

Le 19 avril, après sa visite à Montpellier sur le thème de la sécurité, le Président de la République l’a reçu avec Jérôme Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer pour évoquer le terrible gel qui l’a frappé, lui et toute sa région, début avril.

"Plus de 25 minutes"

« La réunion devait durer 10 à 15 minutes. Elle a duré plus de 25 minutes. J’ai expliqué au Président que sur ma propriété 80 % des parcelles sont touchées à 100 %, comme sur mon village, Vendémian, et sur tout le canton », indique Romain Deloustal.

A 32 ans, ce coopérateur exploite 12 ha de vignes avec sa femme. Depuis qu’il s’est installé en 2016, il n’a fait qu’une récolte pleine, en 2020. Cela aussi, il l’a expliqué à Emmanuel Macron. Une succession d’aléas se sont abattus sur ses vignes : sécheresse en 2016, gel en 2017, mildiou en 2018, échaudage en 2019 et, pour couronner le tout, ce gel inouï au petit matin du 8 avril.

« Aujourd’hui, il ne voit personne dans les vignes, souligne Romain Deloustal. On se croirait en plein hiver ! Des tènements qui n’avaient jamais gelé de mémoire d’homme ont gelé. Mon beau-père a retrouvé la trace d’un événement comparable en 1937 dans d’anciens cahiers d’exploitation. Mais il n’était pas aussi puissant. Avec tous ces aléas, il est nécessaire de revoir le système assurantiel. Le président en est conscient. Il est conscient aussi qu’un milliard d’euros ne suffira pas face aux pertes. »

Besoin d'eau

Les deux responsables professionnels ont aussi évoqué un sujet plus propre à l’agriculture méditerranéenne : le besoin de retenues collinaires pour stocker de l’eau en vue de lutter contre la sécheresse.

« Par rapport à tout cela, le Président nous a assuré du soutien de la nation », indique Romain Deloustal qui est déjà retourné à ses occupations et responsabilités. Malgré le choc qu’il a subi, dans les semaines à venir il va tout faire pour bien traiter ses vignes afin d’avoir de jolis bois de taille cet hiver. Il va aussi veiller à ce que le gouvernement mette ses promesses en œuvre le plus simplement possible pour tous les sinistrés.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé