LE FIL

Désolation

Les premières estimations des dégâts de gel dans le Sud-Ouest, de Bordeaux à Irouléguy

Lundi 19 avril 2021 par Marion Bazireau

Ces estimations de dégâts de gel seront affinées en mai.
Ces estimations de dégâts de gel seront affinées en mai. - crédit photo : IFV
Le recensement du gel sur le vignoble girondin par la Chambre d’agriculture montre une très grande hétérogénéité sur le département. Plusieurs parcelles sont détruites à au moins 80%, comme à Gaillac. Plaimont est également durement touché. Cognac et le Jurançon s'en sortent mieux.

« C’est un bilan provisoire issu d'un millier de relevés à la parcelle par nos techniciens, prévient Philippe Abadie, directeur du service entreprises à la Chambre d'agriculture de Gironde. Le gel étant survenu précocement, il faut attendre le mois de mai pour voir comment va réagir la vigne après ce stress physiologique. Hormis dans les Graves et le Sauternais, les contre-bourgeons n'étaient pour la plupart pas encore sortis ».

La carte des températures minimales relevées du 6 au 12 avril (voir diaporama) indique que les zones ayant subi le froid le plus intense sont le Sud-Gironde/Graves, le nord Gironde et la vallée de Dordogne. Le Médoc semble un peu moins touché. « Globalement cet épisode devrait être moins grave que celui de 2017 en termes de surfaces détruites ».

« On retrouve des différences au niveau local, avec, sur une même parcelle, des parties basses très gelées et d'autres moins » indique Philippe Abadie, rappelant qu’une différence de 1 ou 2°C peut sauver une récolte ou la détruire.

Situations diverses

Les situations individuelles des exploitations viticoles peuvent être très diverses au sein d'une même commune, en fonction notamment du stade végétatif de la vigne..

Une estimation plus précise sera effectuée à partir de mai. « Elle servira de base aux discussions avec les services de l’administration pour la mobilisation d'aides publiques éventuelles (exonération de la taxe foncière, etc.) » annonce la Chambre, invitant les viticulteurs à recenser leurs dégâts en ligne. 

"Entre 20 et 100% de dégâts dans le Jurançon"

Les premières estimations dans le 64, réalisées le 12/04, seraient entre 20 et 100 % de dégâts observés dans le Jurançon. Sur 800 ha, le Bulletin de Santé du Végétal (BSV) estime la perte à 10 %.

A Irouleguy, environ 40 ha ont été impactés de 20 à 80% avec une grosse partie de 20 à 50 %. A Madiran, sur des parcelles situées sur Vieillat et Duisse, il y a 30 à 60 % de dégâts.

A Gaillac, le gel a sévi sur le vignoble les 7, 8 et 13 avril. L’humidité présente le 13 avril a aggravé l’effet de la gelée. « Certaines communes semblent touchées à plus de 80 % sur les cépages blancs et rouges précoces, et en moyenne le vignoble est impacté à hauteur de 50 % » annonce le BSV du 16 avril.

Le directeur général de la cave de Plaimont Olivier Bourdet-Pees pense de 20 à 40% du potentiel de production a disparu sur les coteaux de Piémont. « Et 60% sont anéantis sur les vallons de Gascogne. Cela faisait 30 ans que le climat ne nous avait pas infligée une telle sanction ». 

Dans le Béarn, les dégâts sont estimés à 60 % sur 150 ha. Les plantations réalisées l'année dernière et les complants de cette année sont gelés à 100 %.

10% de pertes à Cognac

« Deux épisodes de gel ont eu lieu au cours de la semaine dernière » rappelle le BSV de Cognac ce 13 avril. Le 07/04 avec un minimum de - 6.3°C et le 08/04 avec un minimum de - 6.9°C.

Les dégâts du gel ont été moins importants que prévu. Ils sont surtout significatifs sur les cépages précoces, les bourgeons les plus avancés de l’Ugni blanc et sur jeunes plants protégés par les manchons. Le niveau moyen de dégâts est estimé à 10 % au maximum.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé