Accueil / Commerce/Gestion / Rattrapage des ventes sans raffermissement des cours pour les Côtes-du-Rhône

Vrac
Rattrapage des ventes sans raffermissement des cours pour les Côtes-du-Rhône

Après un début de campagne peu dynamique, les transactions ont peu à peu résorbé leur retard, mais les cours restent bas.
Par Bérangère Lafeuille Le 16 avril 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Rattrapage des ventes sans raffermissement des cours pour les Côtes-du-Rhône
Les cours, qui étaient descendus à 100 - 120 € pour les Côtes-du-Rhône, vont certainement se raffermir dans les semaines à venir. - crédit photo : Creative Commons
D

epuis le début de la campagne, les transactions en vrac de Côtes-du-Rhône sont en retard. « Les incertitudes liées à la fermeture de certains débouchés ont conduit les acheteurs à contractualiser sur des périodes inférieures à douze mois, constate Denis Guthmuller, président du Syndicat des Côtes-du-Rhône. Mais ce retard s’est résorbé. On n’est plus qu’à – 4% par rapport à l’an passé, et on devrait pratiquement boucler la campagne au même niveau que 2019, avec simplement un décalage dans le temps. Alors que tout est habituellement plié en février-mars, il faudra cette année attendre avril-mai. »

Les Côtes-du-Rhône Villages sans nom géographique, largement distribués en GMS, affichent même une avance de 25 % par rapport à 2020. Ceux avec nom géographique, plus orientés vers le CHR, sont davantage à la peine. Ce marché peu tendu a pesé sur les cours, « tombés à 130 €/hl en moyenne pour les Côtes-du-Rhône, contre 150 € sur la campagne précédente » souligne Denis Guthmuller.

Après le gel, l’attentisme

Et puis le gel a frappé le vignoble. « Cela va rebattre les cartes », prédit Serge Vial, président du syndicat des courtiers en vins de la vallée du Rhône. « Il y a encore dix jours, on parlait de distillation et de problèmes de relogement pour la vendange : c’est fini. Pour l’instant, on n’est pas harcelés par les acheteurs. Mais les cours, qui étaient descendus à 100 - 120 € pour les Côtes-du-Rhône, vont certainement se raffermir dans les semaines à venir. »

A la tête de l’Union des maisons de vins du Rhône (syndicat des négociants), Samuel Montgermont est plus nuancé. « Le négoce s’était couvert. Une grosse partie des achats étaient déjà faits. On était en situation de surstock avant le gel, donc pour l’instant on garde la tête froide. »

Sans minimiser l’ampleur de cet épisode de gel « historique », il juge prématuré de faire des projections sur les cours. « Il est certain que la récolte sera impactée. Mais il reste également beaucoup d’incertitude liées à la pandémie et à la réouverture de certains débouchés. »

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé