LE FIL

Fin du cauchemar

Plus de gel dans les vignes à partir de ce samedi matin

Jeudi 15 avril 2021 par Marion Bazireau

Cet épisode de gel sera plus destructeur que celui de 1991.
Cet épisode de gel sera plus destructeur que celui de 1991. - crédit photo : IFV
Les températures vont redevenir positives partout, sauf en Bourgogne où le risque de gelées persiste jusqu’à dimanche. Cette deuxième vague de froid aura été moins intense mais plus durable. Des dégâts considérables sont à prévoir dans presque tous les vignobles.

S’il est un chercheur sollicité en ce moment, c’est Serge Zaka, spécialiste de l’agrométéorologie chez Itk. Sur les réseaux sociaux, ses cartes météo enregistrent des milliers de vues.

Il fait le point sur la seconde vague de froid qui traverse actuellement la France. « 85% du territoire a été concerné par le gel cette semaine. Depuis lundi, il a gelé tous les jours dans les Pays de la Loire, avec des températures allant de -2 à -4°C, et en Champagne, jusqu’à -5°C » indique le chercheur.

"Je crains qu’il ne reste plus grand chose"

Cette deuxième vague est moins intense, mais plus durable. « Dans ces deux vignobles, je crains qu’il ne reste plus grand-chose de la récolte » regrette Serge Zaka, gardant un léger espoir pour les parcelles non débourrées.

« En « orange », on retrouve les vignobles de Dijon, du Mâconnais, du Bordelais, la Vallée de la Garonne, l’Aude, et la zone du Pic Saint Loup » reprend le spécialiste. Depuis le début de la semaine, les gelées y sont ponctuelles et localisées selon les microclimats, avec des températures à -2°C au plus bas.

Cette seconde vague de froid va prendre fin partout ce samedi matin, sauf en Bourgogne où les prévisions annoncent un risque jusqu’à dimanche. « La bonne nouvelle c’est que nous ne connaîtrons pas de nouvelle descente d’air froid, au moins pendant 10 jours » annonce Serge Zaka.

L’Alsace miraculée

« Je ne connais pas vraiment la situation en Corse, mais je pense que l’Alsace est le vignoble qui s’en est le mieux sorti, indique le chercheur. Ce matin (le 14 avril, NDLR), il a gelé partout sauf autour de Colmar, où sont principalement situées les vignes ». Les températures n’y sont jamais descendues en dessous de -0,5°C, et toutes les vignes n’avaient pas débourré.

Globalement, les Pyrénées-Orientales ne devraient pas non plus trop mal s’en tirer.

"Pire qu’en 1991 "

Serge Zaka confirme les propos du ministre de l’Agriculture, estimant que cet épisode de gel était la pire catastrophe agronomique de ce début de 21e siècle. « Il est encore plus catastrophique que le gel des 21 et 22 avril 1991 » estime-t-il.

Dans les deux cas, la vigne était en pleine floraison. «98% du territoire a été touché, contre 90% en 1991. C’est la première fois depuis 1947 que toute la Vallée du Rhône et le pays méditerranéen sont victimes du gel. Les dégâts vont être considérables ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé