LE FIL

Objectif valorisation

Charles Schaller, nouveau président des crémants en hiérarchisation et promotion

Mardi 30 mars 2021 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 31/03/2021 09:47:20

A 40 ans, Charles Schaller dirige le domaine familial Edgard Schaller et fils de 8 hectares à Mittelwihr (Haut-Rhin). Son père, Patrick Schaller, et son grand-père, Edgard Schaller faisaient partie des cinq premiers producteurs alsaciens de fines bulles en 1974 (l’AOC étant arrivée en 1976).
A 40 ans, Charles Schaller dirige le domaine familial Edgard Schaller et fils de 8 hectares à Mittelwihr (Haut-Rhin). Son père, Patrick Schaller, et son grand-père, Edgard Schaller faisaient partie des cinq premiers producteurs alsaciens de fines bulles en 1974 (l’AOC étant arrivée en 1976). - crédit photo : Fédération Nationale des Producteurs et Elaborateurs de Crémant
Le vigneron alsacien prend la tête de la fédération nationale des huit AOC de vins effervescents avec la volonté d’encadrer les volontés de premiumisation et de soutenir la campagne de communication sur le marché britannique.

Charles Schaller devient le sixième président de la Fédération Nationale des Producteurs et Elaborateurs de Crémant (FNPEC, réunissant les crémants d’Alsace, de Bordeaux, de Bourgogne, de Die, du Jura, de Limoux, de Loire et de Savoie). Présidant depuis début 2020 le syndicat des producteurs de crémant d’Alsace, le vigneron alsacien succède au producteur jurassien Franck Vichet, qui devient le vice-président de la FNPEC après deux mandats de trois ans.

« Ma vision, c’est avant tout que le producteur de raisin s’en sorte » souligne Charles Schaller, qui constate que les prix n’augmentent jamais aussi vite que les efforts consentis par le vignoble. Affichant comme but la valorisation (« pour ne pas stagner, il faut progresser par la qualité »), le président de la FNPEC va encadrer les velléités de hiérarchisations qui émergent, notamment en Bourgogne où un projet est initié autour de lieux-dits.

"Mettre des garde-fous"

« Il ne faut pas rabaisser et dénigrer la base, il faut se méfier et mettre des garde-fous » prévient Charles Schaller, qui note qu’un segment "émotion" existe ainsi en Alsace depuis 2009. La volonté de structurer les AOC Crémants est aussi portée par la segmentation "éminent" et "grand éminent", qui existe en Bourgogne depuis 2016, et le macaron "prestige", lancé en Loire depuis 2018.

750 000 €

Allant travailler sur ce dossier de hiérarchisation, Charles Schaller précise que la priorité de son mandat est l’opération conjointe de promotion lancée par la FNPEC sur le Royaume-Uni. Se déroulant de 2021 à 2023 avec un budget de 750 000 €, ce plan de communication massif a pour but de « positionner le crémant dans l’excellent rapport qualité/prix » explique Charles Schaller. Visant des influenceurs, l’opération espère pouvoir rapidement prévoir des évènements physiques alors que la campagne de vaccination avance en Grande Bretagne. Capitalisant sur un marché de proximité (accessibles pour tous les opérateurs), la FNPEC pourrait dupliquer à l’avenir ce type d’opérations sur d’autres marchés export. Sur les 90 millions de bouteilles commercialisés en moyenne chaque année, 20 % sont à destination de l’étranger.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé