LE FIL

Médoc et Provence

Disparition d'Anne-Marie Charmolüe, châtelaine de Montrose et de Romanin

Samedi 27 mars 2021 par Alexandre Abellan

« Dotée d’une rare élégance et d’un zeste d’espièglerie, elle était une vigneronne terriblement attachante » se rappelle un communiqué.
« Dotée d’une rare élégance et d’un zeste d’espièglerie, elle était une vigneronne terriblement attachante » se rappelle un communiqué. - crédit photo : Château Romanin
Avec son époux le défunt Jean-Louis Charmolüe, elle était l’ancienne propriétaire du cru classé de Saint-Estèphe et l’actuelle gérante d’un domaine provençal.

Ce 20 mars, Anne-Marie Charmolüe s’est éteinte à l’âge de 91 ans annonce un communiqué. Propriétaire depuis 2006 du château Romanin (58 hectares de vignes en biodynamie et appellation des Baux-de-Provence) avec son défunt époux Jean-Louis Charmolüe (disparu le 23 janvier 2018), Anne-Marie Charmolüe poursuivait l’objectif de « créer à château Romanin, un grand vin de Pomerol, sans merlot ». Pour célébrer leur projet d’un grand vin de garde dans les Alpilles, le couple avait investi dans de nouveaux chais et avait créé une vinothèque dans son impressionnant chai cathédrale (datant de 1992).

Gérante du château Romanin, Anne-Marie Charmolüe avait partagé les quarante ans de travaux de son époux au château Montrose (75 hectares, deuxième cru classé en 1855 de Saint-Estèphe). Ils avaient vendu la propriété médocaine aux frères Olivier et Martin Bouygues en 2006.

"Certaine idée de l’art de vivre"

« Anne-Marie Charmolüe aimait entreprendre et innover, toujours avec exigence et persévérance » rapporte un communiqué, soulignant que « cette grande dame du vin avait un sens profond de l’hospitalité et portait haut une certaine idée de l’art de vivre à la française ».

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé