LE FIL

Transformant l’essai

Le salon Millésime Bio gardera une dimension digitale en 2022

Mardi 23 mars 2021 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 26/03/2021 11:26:06

« Seul salon international maintenu en 2021 sous un format totalement inédit, Millésime Bio a rempli son rôle de plateforme d’échange internationale » note un communiqué de SudVinBio.
« Seul salon international maintenu en 2021 sous un format totalement inédit, Millésime Bio a rempli son rôle de plateforme d’échange internationale » note un communiqué de SudVinBio. - crédit photo : Millésime Bio
Numérisé face à la crise sanitaire, le salon Millésime Bio n’aura pas fait d’année blanche mais une expérience qui pourrait infuser à l’avenir, pour la reprise des évènements physiques.

Ouverte en deux temps, d’abord du lundi 25 au mercredi 27 janvier, puis les jeudi 18 et vendredi 19 mars, la première édition numérique du salon Millésime Bio tient ses promesses : proposer de nouveaux outils de mise en relation entre offre et demande de vins bio dans le monde. Avec 1 000 exposants pour 4 000 visiteurs, l’organisateur enregistre 20 000 mises en relation sur cinq jours en ligne. « On ne peut pas comparer ces chiffres avec ceux d’une édition physique » prévient Jeanne Fabre, la présidente de l’association Millésime Bio (interprofession SudVinBio), qui souligne la satisfaction d’avoir pu proposer une alternative aux annulations en cascade de salon (depuis ProWein en mars 2020).

"Format hybride"

L’organisateur annonce désormais les dates de son prochain salon : du lundi 24 au mercredi 26 janvier 2022. Si la campagne mondiale de vaccination permet à l’organisateur d’imaginer la fin de la crise sanitaire et un retour à un évènement physique dans dix mois, l’édition 2022 de Millésime Bio devrait conserver des attributs numériques. Tenant du phygital (rencontre du physique et du digital), il s’agirait d’« un format hybride, qui ne serait pas simultané. Rien n’est définitif, toutes les décisions seront collégiales selon l’évolution de la situation » prévient Jeanne Fabre, pour qui la priorité reste le salon physique permettant une dégustation directe.

Demandant plus de temps, avec l’expédition d’échantillons, le salon numérique permet cependant de toucher de nouveaux visiteurs qui n’auraient pas fait le déplacement (cliquer ici pour en savoir plus). « Nous avons développé un outil performant, il serait dommage de ne pas continuer à l’utiliser » souligne Jeanne Fabre, qui conclut que le métier de Millésime Bio reste de proposer un rendez-vous annuel.

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé