LE FIL

Arc méditerranéen

La vigne débourre, alimentant les craintes de gel de printemps

Mardi 09 mars 2021 par Marion Bazireau

L'Insitut Agro suit de près le débourrement des cépages de sa collection ampélographique.
L'Insitut Agro suit de près le débourrement des cépages de sa collection ampélographique. - crédit photo : Alain Deloire
Le redoux de la fin du mois de février 2021 a provoqué le débourrement de plusieurs cépages. C’est déjà le cas pour le chasselas, le chardonnay, le colombard, ou l’aligoté. La profession croise les doigts pour ne pas connaître de nouvelles gelées.

La vague de froid qui s’est abattue sur l’Hexagone mi-février a très vite laissé la place à une grande douceur. A la fin du mois, le thermomètre a frôlé voire dépassé les vingt degrés dans de nombreuses régions.

Dans le Languedoc et en Provence, la vigne commence à se réveiller. « A la collection ampélographique de Supagro Montpellier, toutes les vignes pleurent et certains cépages débourrent » indique le professeur Alain Deloire. C’est le cas du chasselas, du chardonnay ou de l’aligoté. « La syrah n’a pas encore débourré, cela devrait avoir lieu autour du 13 ou 15 mars, comme en 2020 ».

Les techniciens viticoles de l’Institut Coopératif de la Vigne et du Vin (ICV) constatent également des dates de débourrement similaires à celles rencontrées l’an passé, un millésime très précoce. Au cours de leurs tournées, ils ont immortalisé dès le 5 mars la sortie de repos hivernal du colombard à Florensac, et d’autres vignes dans le Gard ou sur le littoral audois. 

Crainte des gelées printanières

« 2021 s’annonce comme 2020 très risquée sur le plan climatique au printemps, avertissent-ils. Espérons que notre vignoble ne subira pas de gelée aussi dévastatrice que celle des 25 et 26 mars derniers, et que la prochaine pleine lune, le 28 mars prochain passera sans coup de froid ».

Après le débourrement, la température va continuer à jouer un rôle crucial pour le développement des rameaux primaires initiés dans les bourgeons latents et de leurs feuilles. « Deux jours consécutifs avec une température moyenne de +21 °C suffisent pour voir une nouvelle feuille se déployer » rappelle Alain Deloire.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé