LE FIL

Bordeaux

Quand le manque de vaccin covid inspire une étiquette de vin

Mardi 02 mars 2021 par Alexandre Abellan

« Merci au dessinateur Chaunu pour son aimable autorisation de reproduire son dessin original pour illustrer cette cuvée » indique la contre-étiquette.
« Merci au dessinateur Chaunu pour son aimable autorisation de reproduire son dessin original pour illustrer cette cuvée » indique la contre-étiquette. - crédit photo : Chapelle Bérard
Ayant signé une cuvée éphémère "test-covid" à succès fin 2020, le vigneron bordelais Jean-Christophe Mauro s’approprie une caricature de Chaunu pour une nouvelle bouteille décalée.

De la continuité, mais pas de facilité. « Beaucoup de clients étaient dans l’attente de l’après "test-covid". Mais je préférais ne rien faire tant que je n’avais pas la bonne idée d’étiquette, dans le même esprit bon-enfant » explique le vigneron bordelais Jean-Christophe Mauro, propriétaire de la Chapelle Bérard (68 hectares en bio à Saint-Quentin-de-Caplong). Après réflexion, le vigneron a trouvé la solution avec son étiquette décalée : « à chacun le sien », une reprise du dessin de Chaunu publié dans Ouest France (voir illustrations).

« Le dessin est drôle, il reprend toute la polémique dont nous sommes les spectateurs sur la rapidité de mise en œuvre de la politique de vaccination en France et sur la guéguerre que se font des sociétés pharmaceutiques » explique Jean-Christophe Mauro.

"À prendre strictement sur le ton de l’humour"

Contrairement à d’autres initiatives, comme la cuvée Vaccs-vin de Christophe Avi dans le Brulhois, Jean-Christophe Mauro ne voulait pas que sa bouteille puisse passer pour un substitut au vaccin. « À prendre strictement sur le ton de l’humour » précise l’étiquette. 2 500 cols de cette cuvée bio en AOC Bordeaux 2018 vont être produits, pour un prix de vente de 8 euros. Ayant connu le succès, la cuvée "test-covid" s'est vendue à hauteur de 15 000 cols. Les deux étiquettes sont éphémères, Jean-Christophe Mauro espérant que la pandémie de covid soit rapidement un sujet de livre d’histoire.

En attendant, le vigneron envisage de nouvelles étiquettes faisant appel à des dessinateurs, dans la suite d’une autre vigneron bordelais, Georges Descrambe et ses châteaux de Saint-Émilion, Barrail des Graves et Renaissance (illustrés par Cabu, Cavanna, Florence Cestac, Charb, Fred, Gébé, Étienne Lécroart, Margerin, Reiser, Siné, Tignous, Topor, Vuillemin, Willem, Wolinski…).

 

Les cuvées "test-covid" et "à chacun le sien".

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé