LE FIL

Marchés français et export

Les vins du val de Loire limitent la casse covid

Mercredi 24 février 2021 par Alexandre Abellan

S'il n'y a aucune visibilité sur la sortie de crise sanitaire, Lionel Gosseaume garde espoir dans des lendemains meilleurs.
S'il n'y a aucune visibilité sur la sortie de crise sanitaire, Lionel Gosseaume garde espoir dans des lendemains meilleurs. - crédit photo : InterLoire (Stevens-Frémont)
Enregistrant des croissances de 1 % à l’export et en grande distribution pour les vins ligériens en 2020, InterLoire va déployer une stratégie de préparation au rebond en 2021.

Ayant traversé une année 2020 particulièrement mouvementée par la pandémie de coronavirus, « le Val de Loire s’en sort avec honneur, mais sa marche en avant est ralentie à l’export » résume Lionel Gosseaume, le président de l’Interprofession des vins de Loire (InterLoire). Sur l’année 2020, les sorties de chais des vignobles angevins, nantais et tourangeaux sont en chute de 4,7 % en volume indique InterLoire. Les rosés affichent les plus fortes hausses (+10 % en volume) et les rouges restent stables (à +1 %), tandis que les blancs et les fines bulles affichent de forts replis (respectivement -6 et -11 %).

Première destination commerciale (avec 78 % des volumes vendus), la France maintient ses ventes en grande distribution avec des hausses de ventes de vins tranquilles AOP de Loire de 1 % en volume et 2,3 % en valeur. « Sur la grande distribution, c’est une bonne surprise. Nous allons à l’opposé du marché national » note Lionel Gosseaume. Le vigneron de Touraine précise que s’il n’y a pas de chiffres pour le secteur traditionnel (CHR, cavistes et ventes directes), « sur la restauration il n’y a pas de miracle quand les points de vente sont fermés… »

Export
Avec des exportations en hausse de 1,5 % en volumes sur 2020, les vins de Loire affichent de « bonnes performances export, nous avons a plutôt bien résisté par rapport à la situation » note Lionel Gosseaume, qui pondère ces bons résultats : « la dynamique de progression à l’export est moins forte que précédemment ». Lionel Gosseaume ajoute que « comme tout le monde, nous chutons aux États-Unis (-17 % avec les surtaxes Trump), mais nous avons très bien marché au Royaume Uni (+16 %) ». D’autres marchés affichent de fortes croissances, comme la Belgique (+15 %), les Pays-Bas (+26 %), la Suisse (+20 %) et la Suède (+ 18 %).

En 2021, InterLoire maintient son budget de communication de 3 millions €*, dont un million € dédié au marché français (partenariats médias, accueil d’influenceurs…) et deux millions € à l’export sur la formation des professionnels (vers les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique et l’Australie).

Val de Loire Millésime

Si la situation sanitaire reste incertaine, InterLoire maintient son évènement Val de Loire Millésime (28 juin-premier juillet). « Il est compliqué d’avoir de la visibilité » reconnaît Lionel Gosseaume qui espère un printemps 2021 souriant : « on est dans les starting-blocks. J’ai l’espoir que les beaux jours coïncident avec un tassement pandémie. Mais ça ne s’appuie sur rien, ce n’est qu’un espoir… »

 

* : Soit la moitié du budget de 6 millions d’euros d’InterLoire dont « les missions sont le pilotage économique et prospectif de la filière ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé