LE FIL

Check-list

Les clés de la réussite de la plantation de vigne

Mercredi 03 février 2021 par Marion Bazireau

Les viticulteurs qui souhaitent planter des hybrides, cépages secondaires ou étrangers ne doivent pas trainer à passer commande à leur pépiniériste.
Les viticulteurs qui souhaitent planter des hybrides, cépages secondaires ou étrangers ne doivent pas trainer à passer commande à leur pépiniériste. - crédit photo : Château Reignac
Une plantation s’anticipe 3 ans à l’avance. Le temps notamment de laisser le sol se reposer et de passer les commandes de greffons et porte-greffes. L’IFV a d’autres conseils pour éviter les déconvenues.

« En matière de plantation, tout est affaire d’anticipation » a insisté Olivier Yobrégat lors du webinaire dédié à la plantation d’une vigne organisé par l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV) ce 26 janvier. 

Après avoir préconisé aux viticulteurs de ne pas laisser les bois arrachés aux abords de leurs parcelles pour éviter l’eutypiose, l’ingénieur leur a rappelé qu’il faut laisser reposer les sols 7 ans en cas de court-noué, « voire 10 s’ils sont très argileux ».

"Les couverts contre les nématodes"

Plusieurs pistes sont à l’étude pour raccourcir ce délai. « Le projet Jasympt conduit dans le cadre du plan dépérissement semble indiquer que les couverts végétaux font baisser les populations de nématodes » a-t-il révélé. Dans tous les cas, 18 à 24 mois sont nécessaires à la restructuration et à la reconstitution du stock d’humus.

Des fosses pédologiques et des analyses physico-chimiques permettront entre temps d’adapter les fumures de fond. « Attention notamment aux carences en potassium et en bore, ces dernières sont très préjudiciables en sols acides » prévient Olivier Yobrégat.

L’automne est selon lui le meilleur moment pour décompacter les sols argileux. « On profite ensuite de l’effritement des gels hivernaux ». Mieux vaut le faire peu avant la plantation sur sols limoneux et battants pour qu’ils n’aient pas le temps de se refermer.

Tensions sur le 110R et le 1103P

Olivier Yobrégat recommande aux viticulteurs qui souhaitent planter l’un des 25 hybrides, 36 cépages secondaires ou 29 cépages étrangers autorisés ces dernières années pour faire face au changement climatique à ne pas trainer à passer commande à leur pépiniériste. « Les réserves de greffons sont extrêmement limitées ».

Même conseil pour les porte-greffes, dont six variétés représentent 75% des plantations. « Il y a une vraie tension sur le 110R et le 1103P qui résistent bien à la sécheresse » assure-t-il.

« Votre pépiniériste ne pourra vous satisfaire que si vous réalisez vos commandes à temps, au plus tard à l’automne n-1 pour les plants en pot et même à l’automne n-2 pour les plants traditionnels ». L’idéal est de se faire préciser sa commande par écrit avec le prix, le calendrier de plantation prévu, et s’il y a lieu, la longueur de racines souhaitée.

"Attention aux racines longues"

Les plants traditionnels seront réhydratés 24 à 48 heures et plantés en hiver ou au printemps. Les pots le seront à partir de la mi-mai et au plus tard en juillet pour éviter les canicules ou les mauvais aoûtements.

« Les racines longues paraissent miraculeuses mais nous voyons de nombreux cas de remontées et d’entassements lors de plantations manuelles ou avec des machines à bec » reprend Olivier Yobrégat, rappelant également que plusieurs études ont récemment montré que les racines longues ont tendance à moins bien explorer l’espace après quelques années.

Reste ensuite à bien arroser et entretenir les plantiers. Olivier Yobrégat a publié 12 règles d’or.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé