Accueil / Commerce/Gestion / Julien Revillon reprend le négoce de Dominique Piron

Beaujolais
Julien Revillon reprend le négoce de Dominique Piron

Prévue de longue date, la transmission est effective dans la continuité des marques et avec l'ambition d'accentuer la montée en gamme.
Par Alexandre Abellan Le 21 janvier 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Julien Revillon reprend le négoce de Dominique Piron
Créée en 1988 pour des achats de raisins à Morgon, la société commerciale revendique un statut de pionnier, ayant précédé les maisons Fessy, Jadot, Duboeuf… - crédit photo : Domaines Piron
C

ette fin 2020, Julien Revillon rachète la société des Domaines Piron, soit le négoce créé en 1988 par Dominique Piron. « Cette transmission était décidée dès 2013 et mon arrivée en tant qu’associé » indique Julien Revillon, qui fondé depuis sa propre exploitation viticole (possédant et exploitant une vingtaine d’hectares en production).

Continuant à utiliser la marque commerciale Dominique Piron, Julien Revillon vinifie et élève encore des vins provenant des domaines de Dominique Piron, ainsi que de son propre vignoble et d’apporteur tiers. Son objectif est de stabiliser le négoce à un apport d’une cinquantaine d’hectares. « Dominique Piron avait la politique de vinifier plus de volumes, mon but est de les limiter pour monter en qualité. Il y a toujours moyen de faire mieux dans la vinification, l’élevage, l’assemblage, la mise en bouteille, la commercialisation » indique le négociant.

Beaucoup de potentiel à exploiter dans le Beaujolais

Natif de Lantignié, Julien Revillon souhaite devenir « le spécialiste des terroirs du Beaujolais », en misant notamment sur vinifications parcellaires. Etant venu au vin par sa passion du goût, le négociant souligne que « ce qui m’attire le plus, c’est la complexité qu’on arrive à sortir d’un terroir. Il y a encore beaucoup de potentiel à exploiter dans le Beaujolais, avec des rapports qualité-prix incroyables et des profils qui suivent les tendances de consommation. »

Parmi ses futurs projets, il compte amorcer la certification Haute Valeur Environnementale (HVE), et envisage une conversion bio, ainsi que le développement de pratiques agroécologiques.

A lire aussi
Dominique Piron, producteur en Beaujolais 
« Le commerce, ça marche ! »

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé