LE FIL

Entre covid et taxes US

La cave de Sancerre se tient prête à accueillir de nouveaux adhérents

Mardi 19 janvier 2021 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 25/01/2021 10:26:33

Ayant pu sembler marginale pendant la récente période de faste, la coopérative sancerroise affirme la pertinence de son modèle à l'heure des difficultés.
Ayant pu sembler marginale pendant la récente période de faste, la coopérative sancerroise affirme la pertinence de son modèle à l'heure des difficultés. - crédit photo : Cave des Vins de Sancerre
Le premier producteur de l’appellation du Centre-Loire résiste globalement aux coups de la crise sanitaire et des droits de douane additionnels du marché américain. De quoi la rendre plus attractive en cette période difficile.

L’adage est bien connu dans le monde de la coopération : quand tout va bien, tout le monde a tendance à jouer perso, quand tout va mal, le collectif redevient attractif. En témoigne la cave coopérative des vins de Sancerre, le premier opérateur d’un vignoble touché de plein fouet par les surtaxes sur le marché américain (45 % de ses exportations) et la crise sanitaire (fermant son réseau porteur de la restauration). « Aujourd’hui, on ressent les regards qui se tournent plus vers nous comme une solution économique et commerciale » pose Christophe Mangeart, le directeur général de la Cave des Vins de Sancerre.

Ses 80 adhérents étant des apporteurs partiels, la coopérative sancerroise s’attend à l’arrivée de volumes plus importants de ses apporteurs, tout en pressentant l’arrivée de nouveaux viticulteurs avec la crise qui s’ancre dans le vignoble, mais qui touche moins la cave. « Grâce à notre réseau commercial, nous avons été relativement épargnés par les difficultés. Les uns ont amorti les baisses des autres » rapporte Christophe Mangeart, indiquant que si 60 % des ventes de la cave se font à l’export, leur majorité se fait en Grande-Bretagne dans la grande distribution. Peu présente sur le marché américain, la coopérative est peu touchée par les surtaxes en vigueur depuis le 18 octobre 2019.

"Coupé dans l’élan"

Le Brexit n’ayant pour l’instant pas d’impact notable sur ses ventes, seule la crise sanitaire covid touche les commercialisations. « Nous avons été coupé dans notre élan. Nous affichions une croissance de +15 % avant le confinement, sur la deuxième moitié de 2020 la baisse est marquée entre -15 et -20 % avec le ralentissement des ventes » souligne Christophe Mangeart. Ayant contracté un Prêt Garanti par l’Etat, la coopérative n’a pas accès aux aides au stockage privé « nous n’avons pas de surstocks importants. Pour l’instant ça reste de l’ordre du supportable et gérables encore quelques mois » précise le directeur de la cave.

Commercialisant actuellement 14 000 hectolitres de vins, la coopérative aurait la capacité d’accueillir 18 à 23 000 hl de vins. Elu fin décembre, le nouveau président Frédéric Champault* étudie en ce début de mandat des résolutions pour se donner les moyens financiers de mettre en œuvre une politique de développement volumique ces prochains mois. Si une période moins faste est propice aux adhésions, l’enjeu est de les pérenniser. « Nous menons une réflexion pour proposer modèle qui soit plus stable et moins fluctuant selon les phases économiques » conclut Christophe Mangeart,

 

* : Précédemment vice-président de la Cave des Vins de Sancerre, Frédéric Champault, 50 ans et 14 hectares de vignes sur la commune de Crézancy-en-Sancerre, succède à Serge Ducrot, atteignant la limite d’âge statutaire de 70 ans.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
J.Henry Davence Le 19 janvier 2021 à 15:47:02
Bonjour, La rédaction a du faire une grossière erreur de décimale...et sans doute voulu parler de 1,2 million de litres ou 12 000 hectolitres. Oups....
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé