LE FIL

2020 dans le rétroviseur

Quand un traitement viticole se finit en coups de feu

Mercredi 30 décembre 2020 par Marion Bazireau

Le viticulteur a découvert les deux impacts de balle lorsqu'il rinçait la cuve de son pulvérisateur.
Le viticulteur a découvert les deux impacts de balle lorsqu'il rinçait la cuve de son pulvérisateur. - crédit photo : DR
[Article publié le 23 juillet 2020] Les faits se sont déroulés dans le Var, dans la nuit du 16 au 17 juillet, alors que le viticulteur traitait une parcelle à la bouillie bordelaise. Les balles ont percé la cuve de son pulvérisateur.

« Là c’est la cuve, demain ce sera la tête » alerte Laurent Grimaud, secrétaire général de la FDSEA du Var, qui s’est constituée partie civile suite à la plainte déposée le 17 juillet par un viticulteur à Gonfaron (83). « Quelques heures plus tôt, dans la nuit, il a été visé à deux reprises par des tirs à la carabine, alors qu’il réalisait un traitement à la bouillie bordelaise » détaille Laurent Grimaud.

Le viticulteur souhaite rester anonyme. « Il est complètement choqué, il aurait pu mourir » poursuit le secrétaire général. Le viticulteur était dans son tracteur lorsque deux coups de feu ont retenti. Il n’a pas tout de suite compris. « Au premier coup, il a cru avoir crevé un pneu. Au deuxième, il a pensé avoir renversé dans sa cabine une canette vide de Coca avec son bras. C’est lorsqu’il est rentré au hangar pour rincer la cuve de son pulvérisateur pneumatique qu’il s’est rendu compte qu’elle fuyait, percée par deux impacts de balles. »

Le voisin reconnaît les faits

Les gendarmes ont analysé la trajectoire balistique. Les tirs sont partis d’une habitation située à une trentaine de mètres de la parcelle. Le voisin du viticulteur a reconnu les faits. Il était alcoolisé. « Cela n’excuse rien, reprend Laurent Grimaud. On a l’habitude de se faire insulter ou filmer lorsque l’on traite, mais se faire tirer dessus, c’est du jamais-vu. Dans le Var, on traite tous de nuit. C’est là qu’il y a le moins de vent et que la vigne est la plus réceptive. Le tracteur tourne 10 minutes sur une parcelle, c’est comme le camion poubelle qui passe à 5 heures du matin, ça ne dérange personne. »

Le pulvérisateur et le deuxième impact de balle.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé