LE FIL

Instance de divorce

Le négoce tente la médiation entre le Minervois et l’interprofession

Lundi 21 décembre 2020 par Michèle Trévoux

D'ordinaire discret, le président du négoce tente de calmer le jeu.
D'ordinaire discret, le président du négoce tente de calmer le jeu. - crédit photo : UEVM
Le syndicat des négociants du Languedoc-Roussillon désapprouve le départ de l’ODG Minervois du CIVL et tente une médiation pour la ramener au bercail.

C’est une voix qui se fait rarement entendre : l’Union des Entreprises Vinicoles de Méditerranée (UEVM) s’est pourtant fendue d’un communiqué de presse pour déplorer le divorce entre le syndicat du Minervois et le Comité Interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL). « L’UEVM a appris le départ du syndicat du Minervois du CIVL et regrette de ne pas avoir été consulté. En effet, le négoce représente plus de 50 % des ventes de cette appellation et fait la promotion en France et dans le monde de ces vins dans le cadre de gammes intégrant les différents territoires de notre région ».

Le syndicat régional des négociants estime que la période actuelle ne se prête pas à la division mais au contraire à une coopération renforcée entre tous les acteurs de la filière. C’est ce qui a été fait, poursuit le communiqué, avec le plan de relance viticole d’Occitanie, initié par le négoce régional en collaboration avec les interprofessions, et l'ensemble des différents métiers de la filière qui va permettre de subventionner à hauteur de 7 millions d'euros la promotion des vins d’Occitanie. « Dans un marché mondial, les problématiques actuelles ne pourront pas être appréhendées efficacement de manière isolée avec des budgets réduits. Deux mondes s’affrontent ; ceux qui pensent que le repli sur soi est la solution et ceux qui veulent dynamiser la région en mobilisant les idées, l'ensemble des ressources pour la mise en action d’opérations d’envergure qui ne seront possibles qu’avec des moyens financiers en phase avec les exigences du marché et l’univers de compétition actuel » pointe le syndicat dans son communiqué.

Une crise qui couve depuis près d’un an

Gilles Gally, président de l’UEVM sollicite donc une rencontre avec le président du syndicat des vins du minervois, Philippe Coste et son bureau, dès la première semaine de janvier « afin de créer les conditions d’une reprise des discussions sur sa participation au CIVL, ainsi que sur la prochaine gouvernance du CIVL, qui sera celle du collège des producteurs ».  

La crise entre le syndicat du Minervois et le CIVL couve depuis un moment, puisque qu’en décembre 2019, le syndicat avait voté lors de son assemblée générale le non renouvellement des accords triennaux avec l’interprofession. Suite aux chantiers engagés par le CIVL pour repenser sa stratégie de communication, Philippe Coste avait annoncé en septembre qu’il se donnait un an de plus pour trancher sur le maintien ou non du Minervois dans l’interprofession. « Nous avons bien vu que rien ne changeait. A ce jour, nous n’avons toujours pas de retour sur la plateforme de communication des AOC que prépare le CIVL, alors qu’elle a été présentée aux métiers. Ce mode de fonctionnement ne nous convient pas », commente-t-il aujourd’hui. L’ODG Minervois, qui représente 130 000 hl, quittera donc l’interprofession le 31 décembre 2020.


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé