LE FIL

Décor, réalité augmentée...

Les nouveaux outils du packaging des vins pour séduire et fidéliser le consommateur

Vendredi 04 décembre 2020 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 20/01/2021 13:48:15

Dans un rayon de supermarché où se trouvent 200 références, la forme d’une bouteille va attirer l’œil, en étant repérable à 4-10 mètres de distance, quand le graphisme de l’étiquette sera vu entre 1 et 2 mètres explique Jean-Christophe Boulard.
Dans un rayon de supermarché où se trouvent 200 références, la forme d’une bouteille va attirer l’œil, en étant repérable à 4-10 mètres de distance, quand le graphisme de l’étiquette sera vu entre 1 et 2 mètres explique Jean-Christophe Boulard. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
Le salon Vinipack donne l’occasion de faire le tour des solutions disponibles pour attirer l’attention des consommateurs en cohérence avec son image de marque.

En matière d’emballage des vins et spiritueux, « le design est un investissement rentable » assène Jean-Christophe Boulard, le délégué de l'Institut du design national (INDP), ce 2 décembre à l’occasion du salon virtuel Vinipack (accueilli par le Vinitech). Soulignant que le packaging n’est pas une matière sèche à étudier en fin de parcours, mais dès le départ, l’expert fait de la bouteille un support d’information pour porter une histoire de marque et un positionnement prix.

Jugeant obligatoire une réflexion préalable poussée sur les messages à faire passer par sa bouteille pour la faire exister dans une offre pléthorique, Jean-Christophe Boulard appelle « les metteurs en marché doivent faire évoluer le packaging vers plus de modernité, de technologies et de service en respectant la tradition, mais aussi oser la rupture des codes ». Le but étant de jouer à l’équilibriste entre l’impact nécessaire en rayon (mais aussi sur internet) pour se différencier et le statut d’un vin posé sur une table (demandant plus de tradition). « Le packaging est un élément de différence et de réassurance » résume le délégué de l’INDP.

Panel à disposition

Pour répondre à ces défis, Jean-Christophe Boulard souligne que beaucoup d’innovations sont actuellement disponibles auprès des verriers pour les bouteilles (formes, teintes, gravures, inserts, cachets, parachèvement givrés…), des imprimeurs pour l’habillage (étiquettes papiers ou transparentes, sérigraphie et sleeve, étuis et coffrets pouvant avoir un intérêt de protection pour l’expédition en e-commerce) et des bouchonniers (capsule, bouchon en verre…).

Au-delà de la séduction, l’enjeu de l’emballage est la fidélisation des consommateurs. « Les acheteurs ont du mal à retenir et racheter une étiquette banalisée » prévient Jean-Christophe Boulard, mettant en avant les moyens de créer une expérience avec le consommateur : comme le recours à un décor sur la bouteille (faisant appel à la mémoire visuelle, mais aussi au toucher) et à l’utilisation de la réalité augmentée (pour enrichir les informations et apporter une nouvelle dimension).

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé