LE FIL

Opportunité de segmentation

Sans s’éteindre, le cours des vins de Provence ne flambe plus

Mardi 10 novembre 2020 par Alexandre Abellan

Ayant marqué les esprits, la forte affluence de touristes cet été a fortement dynamisé les ventes aux caveaux et dans les restaurants de Provence.
Ayant marqué les esprits, la forte affluence de touristes cet été a fortement dynamisé les ventes aux caveaux et dans les restaurants de Provence. - crédit photo : CIVP
La crise sanitaire permet au vignoble provençal de reconstituer des stocks, tandis que la petite récolte maintient les équilibres, avec des prix permettant à nouveau de viser l’ensemble des marchés.

Avec un stock de vins au 31 décembre 2020 qui serait équivalent à celui de la campagne 2016 (70 à 80 000 hectolitres selon les dernières estimations) et l’une des plus faibles récoltes depuis l’an 2000 (-10 % environ, avec 860 000 hl en Côtes de Provence), la filière des vins de Provence s’apprête à un retour à des équilibres commerciaux classiques dans une période aux incertitudes inédites.

« Alors qu’il n’y avait pas de stocks ces dernières années, avec de petites récoltes et des campagnes de consommations très toniques, nous allons pouvoir faire la jonction entre les millésimes. Il n’y aura pas de rupture de stock. Pour moi c’est une bonne nouvelle, il n’y a pas d’inquiétude » pointe Éric Pastorino, le président du syndicat de l’AOC Côtes de Provence, soulignant que « dans la difficulté, la marque côte de Provence a continué à être demandée ».

Stock de rosés 2019

Alors que la campagne de vente en vrac débute, « il y a moins de précipitation, dans la mesure où quand il y a des volumes, les gens attendent. Le marché n’est pas facile. Les gens font déguster, le marché va se relancer » confirme Jean-Jacques Bréban, le président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP), qui rappelle que « quand il n’y a pas de stocks et beaucoup de demande, c’est problématique ».

« Nous n’allons pas nous plaindre après avoir pleuré pendant trois ans sur le manque de stocks. Au démarrage de la campagne, les vins [du millésime 2019] sont très bien conservés, les caves ont fait le job en les maintenant au froid » rapporte Pierre-Jean Bertri, le président du syndicat des courtiers en vins de Provence. Pour le courtier, « sans prétention aucune, la Provence va bien, au sens large (Côtes de Provence, Coteaux Varois, Coteaux d’Aix, Bandol…). Même si l’impact du covid-19 reste significatif. Ça a été compliqué et ça l’est encore. »

"AOP Côtes de Provence résiliente"

Face à la sinistrose qui touche nombre de vignobles français cet automne, le moral des vins rosés de Provence reste globalement au beau fixe en ce début de campagne. « J’ai trouvé l’AOP Côtes de Provence résiliente face à l’inattendu d’une crise sanitaire se cumulant avec les taxes américaines » résume Éric Pastorino. Pour le viticulteur varois, « les structures ont bien tenu le coup dans l’ensemble (à l’exception des opérateurs les plus exposés, sur le CHR notamment). Je suis bluffé par ce dynamisme. »

Cette endurance socioéconomique repose sur le maintien relatif des performances commerciales des vins rosés de Provence dans un contexte particulièrement incertain. D’après les dernières statistiques du Conseil Interprofessionnel du Vin de Provence, de janvier à septembre 2020 les sorties des Côtes de Provence marquent en repli de 8 % de leurs sorties (dans le contexte, « c’est léger et satisfaisant » estime Éric Pastorino). Alors que les ventes en grande distribution restent stables (avec une hausse de 2 %), les exportations enregistrent une baisse globale de 2 % sur la période (-14 % aux USA, mais +28 % pour la Grande-Bretagne).

315 €/hl

Au final, il n’y a pas plus de volumes disponibles cette campagne que l’an dernier pour Pierre-Jean Bertri. Le courtier note qu’à part l’apparition de protocoles sanitaires stricts en caves pour les dégustations, le rythme de cette campagne n’est pas particulièrement original. « Ça démarre sur les produits de qualités ou à demandes spécifiques (noms de domaines, mise en bouteille à la propriété…) » souligne Pierre-Jean Bertri, constatant actuellement un cours moyen ferme à 315 €/hl. « Nous sommes loin des flambées d’il y a deux ans (jusqu’à 350 €/hl). Nous sommes actuellement sur le haut de gamme. Les cours vont se segmenter ensuite, en fonction de la période d’achat, ce qui permettra de conforter les parts de marché » souligne le président des courtiers provençaux.

Ce retour à une situation détendue « nous permet de poser les valises et de nous remettre dans le marché. Il faut bien comprendre que l’on a besoin de tous les réseaux de distribution : Grande Distribution (GD), export, hôtels et restaurants (CHR) et ventes directes » souligne Éric Pastorino, qui espère que cette structuration de l’offre par rapport à la diversité des marchés s’inscrira dans le long terme. En 2019, la GD pesait pour 25 % des ventes de vins de Provence, contre 38 % pour l’export selon le CIVP. Si le manque de vin a pesé sur les ventes en supermarchés ces dernières années, le confinement du printemps a montré que la filière du rosé de Provence ne pouvait s’en passer.

"Le plus difficile reste à venir"

Si le moral provençal reste bon, « le plus difficile reste à venir : est-ce que les Etats-Unis vont se relancer ? Est-ce que la France va rester aussi calme ? » pose Jean-Jacques Bréban. Si la fin d’année n’est pas la plus grosse période commerciale des rosés de Provence (« à partir d’octobre, le marché se calme, même s’il y a désormais une consommation de rosé toute l’année »), le CIVP se projette sur la grosse période d’achats attendue début 2021 à l’export.

« On ne sortira pas indemnes de cette crise. Il va y avoir des difficultés économiques et des changements d’habitudes (réseaux sociaux, digitalisation des ventes…), les viticulteurs doivent s’adapter à ces nouvelles façons de vivre » explique Éric Pastorino, qui « reste confiant dans l’avenir, même si aujourd’hui il est difficile de faire des projets. On sait que dans ce monde on ne sait pas où l’on va dans 15 jours. »

Tags : Covid

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé