LE FIL

Innovation

Château Montrose recycle le CO₂ issu de ses fermentations alcooliques

Mardi 01 décembre 2020 par Colette Goinère

La captation du CO₂ des vinifications fait ses preuves au château Montrose.
La captation du CO₂ des vinifications fait ses preuves au château Montrose. - crédit photo : Château Montrose
Le grand cru classé s’est doté d’un procédé de captation et de valorisation du gaz carbonique issu de ses fermentations alcooliques. Un dispositif mis au point par Alcion- Sede Veolia. Reste à trouver des débouchés.

Château Montrose l’annonce haut et fort :  il est le premier producteur mondial de bicarbonate de potassium issu du CO2 des fermentations alcooliques. Les chiffres sont là. En 2018, ce cru classé 1855 de Saint-Estèphe, 95 hectares de vignes dans le giron de la famille Bouygues depuis 2006, a produit quelques tonnes de bicarbonate de potassium et de sodium pour grimper à 15 tonnes de bicarbonate aux vendanges de 2019. Cette année sur 92 cuves, ce sont 40 tonnes, soit 100 % du CO2 émis.

Soucieux d’avoir un impact le plus faible sur l’environnement, château Montrose s’est rapproché d’Alcion Environnement devenu Alcion-Sede Veolia, qui a mis au point un procédé de captation du CO2 émis pendant les fermentations alcooliques et aussi de valorisation. "Alcion est arrivé avec un process pour les vendanges 2018. De notre côté nous avons donné nos objectifs, à savoir arriver à capter la totalité du CO2. Alcion a dimensionné son système pour qu’il soit adapté au volume et au nombre de cuves" indique Vincent Decup, directeur chai, et recherche et développement du château.

Le principe ? Tout commence au cuvier où le dioxyde de carbone est capté depuis les cuves. Il monte et circule dans un premier tuyau, passe entre deux soupapes de sécurité pour éviter que le système connaisse une surpression, puis bascule dans un autre tuyau et est acheminé à l’extérieur. Capté, il passe par des colonnes de six mètres de haut qui contiennent une solution de carbonate de potassium ou de sodium en fonction du type de carbonate souhaité. Le dioxyde et la solution barbotent pendant plusieurs heures. Au final des cristaux de bicarbonate de potassium ou de sodium précipitent en fond de cuve. Puis sont extraits par des pompes pour être filtrés et déchargés des excédents d’eau. Enfin ils sont conditionnés en bag in box.  

Automatisation et rodage

Pour arriver à capter et transformer le dioxyde de carbone jour et nuit, en continu, Alcion a procédé à l’automatisation du process en installant notamment des capteurs de niveaux. Une automatisation opérationnelle aux dernières vendanges. Reste que le système a encore besoin d’être rodé.  « Pour les  vendanges 2020, nous avons certes pu extraire  100% de Co2, mais nous n’avons pas pu transformer la totalité. Nous avons atteint seulement 50 %, du fait de réglages qui doivent encore être fait sur le process pour mieux optimiser les automatismes, et éviter des arrêts nocturnes » indique Vincent Decup.

Reste à trouver des pistes de valorisation pour le bicarbonate de sodium et de potassium. Château Montrose utilise le bicarbonate de sodium, en tant que détergeant pour nettoyer ses cuves.  Pour les usages externes, Jean Philippe Ricard, fondateur d’Alcion Environnement, s’occupe de développer la commercialisation du bicarbonate.  « Nous travaillons avec un grand fabricant de détergents très intéressé par ce type de produits. De même le marché de l’agroalimentaire notamment pour les levures chimiques, mais aussi celui de la cosmétique, ou encore celui de la spiruline constituent autant de débouchés » indique-t-il. Pour l’heure, il  reste discret sur les partenariats éventuels à venir.

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé