LE FIL

Brexit

Report des formulaires à l’importation des vins européens

Lundi 02 novembre 2020 par Sharon Nagel

Pour le directeur de Liv-ex, James Miles, la suspension de la mesure « représente une vraie opportunité pour que le secteur du vin au Royaume-Uni améliore son statut de première plaque tournante mondiale du vin au moment où la période de transition se termine à la fin de cette année ».
Pour le directeur de Liv-ex, James Miles, la suspension de la mesure « représente une vraie opportunité pour que le secteur du vin au Royaume-Uni améliore son statut de première plaque tournante mondiale du vin au moment où la période de transition se termine à la fin de cette année ». - crédit photo : Port de Douvres
Le gouvernement britannique a annoncé ce 27 octobre qu’il reportait la mise en œuvre des formulaires à l’importation des vins européens – les fameux VI-1 – jusqu'au 1er juillet 2021.

Aucun bénéfice démontrable

"Une annonce de la dernière heure", a dénoncé la Wine & Spirits Trade Association (WSTA), tout en se félicitant du fait que le bon sens a prévalu, pour le moment. Les formulaires devaient être obligatoires dès le 1er janvier prochain mais devant l’ampleur de la mesure, le gouvernement britannique a décidé d’accorder un délai supplémentaire de six mois.

En effet, d’après les estimations de la WSTA, plus de 600 000 formulaires seraient générés par cette obligation pour un coût estimé à environ 70 millions £ (soit 77,6 millions d’euros) lors de la seule première année d’application. Une charge d’autant plus lourde qu’un rapport publié récemment par un groupe parlementaire multipartite a fustigé une mesure n’apportant aucun bénéfice démontrable, ni pour les professionnels ni pour les consommateurs.

"Répit"

« Cette décision ne représente pas encore une solution raisonnable et durable, mais elle offre un certain répit aux importateurs et aux négociants que nous représentons », a affirmé Miles Beale, directeur de la WSTA. « L'octroi d'un délai de grâce montre clairement que le gouvernement reconnaît désormais l'impact préjudiciable qu’auraient ces formulaires sur les entreprises britanniques ».

Celles-ci souhaitent désormais que les autorités mettent à profit cette période pour s’engager à supprimer totalement cette obligation : « C'est la seule manière d'atteindre l'objectif déclaré du gouvernement, qui est de créer des conditions de concurrence équitables pour toutes les importations de vin, quelle que soit leur origine ». Si la mesure entre en vigueur, les fournisseurs européens et importateurs britanniques se verront dans l’obligation de compléter des formulaires VI-1 et de faire réaliser les analyses correspondantes pour un coût global estimé à 350£ (soit environ 385 €) par vin expédié. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé