Accueil / Commerce/Gestion / La coopérative Le Brun de Neuville affirme son "ADN vigneron"

Champagne
La coopérative Le Brun de Neuville affirme son "ADN vigneron"

Le champagne Le Brun de Neuville tente à prouver que sens coopératif rime avec qualitatif. Avec une gamme totalement repensée, la coopérative sézannaise veut renforcer sa stratégie de revalorisation et de montée en gamme sur un marché dompté par les maisons et les vignerons « identitaires ».
Par Laurie Andrès Le 30 octobre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La coopérative Le Brun de Neuville affirme son
La cuvée « Côte Blanche », blanc de blancs, issue de la gamme « Côte » dans son nouvel habillage. - crédit photo : DR
C

e nouveau visage que s’offre Le Brun de Neuville est une lumière au bout d’un tunnel sans fin. Comme tous les acteurs champenois qui subissent de plein fouet la crise sanitaire, la coopérative sézannaise n’avait pas prévu de subir un recul des ventes allant jusqu’à -30% (chiffres septembre). Ce qu’elle avait prévu en revanche, c’est une refonte de la gamme avec l’apparition de nouveaux habillages.

Son président Damien Champy explique ce choix : « nos habillages étaient davantage associés aux codes des maisons de négoce, nous avions envie de retrouver l’ADN vigneron. »

Stratégie terroir

Une stratégie « terroir » qui n’est pas nouvelle tant les acteurs champenois (toutes familles confondues) s’en sont emparés ces dernières années. Mailly Grand Cru, Union Champagne (Champagne De Saint-Gall), Jacquart (Alliance Champagne), toutes ces coopératives et union de coopératives ont pris le virage et joue désormais la carte de la transparence. Pour Le Brun de Neuville, cette nouvelle image s’accompagne d’un travail sur les vins et les pratiques culturales initiés depuis 10 ans. « Depuis 2010, nous avons engagé une stratégie zéro herbicide auprès de nos livreurs, nous avons également fait le choix de travailler avec des levures indigènes », explique Damien Champy.

Plus qu’un simple lifting, les nouvelles gammes que sont « Côte » (ex- Tradition), « Les Chemins » (ex-authentique) et « Autolyse » (ex-Lady de Neuville) sont aussi un moyen de répondre à tous les instants de consommation. Ainsi comme l’explique Damien Champy, « Côte » est une gamme plutôt apéritive, « Les Chemins », des cuvées aux vieillissements plus longs, à déguster au cours d’un repas, « Autolyse », de véritables vins de gastronomie. Un discours à rapprocher de la campagne de communication du SGV (Syndicat Général des Vignerons de Champagne) lancée en 2018 qui veut que le champagne soit réservé à toutes les occasions. Plutôt logique pour Damien Champy, secrétaire général, élu au syndicat.

Positionnée sur les réseaux CHR (75 % en France) et export (30 %), tout l’enjeu de cette démarche de champagnes « identitaires » sera de faire face à une crise qui oblige les consommateurs à revoir leurs habitudes de consommation et à conquérir une nouvelle cible grâce à des cuvées qui ont gagné en précision.

 

 

Chiffres clés

La coopérative a été créé en 1963 dans le village de Bethon (Côte de Sézanne) en Champagne.

Aujourd’hui ce sont 170 vignerons sur 150 hectares au creux des coteaux du Sézannais qui composent la « famille » Le Brun de Neuville. Avec un encépagement principalement en chardonnay (88% des pieds), Le Brun de Neuville continue de se positionner en véritable ambassadeur de ce terroir encore méconnu des consommateurs.




 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé