LE FIL

Transition écologique

Les vins charentais font le pari des cépages résistants

Mercredi 28 octobre 2020 par Marion Bazireau

Les viticulteurs de la cave coopérative de l'île d'Oléron ont planté des cépages résistants dès 2016.
Les viticulteurs de la cave coopérative de l'île d'Oléron ont planté des cépages résistants dès 2016. - crédit photo : Vignerons d'Oléron
Le mouvement s’accélère. La cave de l’île d’Oléron a vinifié sa première cuvée de cépages résistants au mildiou et à l'oïdium. Celle de l’île de Ré va en planter une dizaine cette année. Et l’IGP va remplacer l’ugni blanc par 15 nouvelles variétés, dont 12 résistantes.

« Quatre des quinze viticulteurs qui nous livrent du raisin cultivent déjà des cépages résistants au mildiou et à l’oïdium » se réjouit Philippe Caumont, le nouveau directeur de la cave coopérative d’Oléron.

Le mouvement s’est enclenché dès 2016, quand trois adhérents ont planté quelques rangs de souvignier gris, chambourcin, carbernets volos et eidos et merlot khorus. « L’un d’eux a replanté du chambourcin et introduit du soreli dans son vignoble en 2017 » complète Philippe Caumont. En 2018, ce sont les surfaces de souvignier qui ont augmenté.

"Jusqu'à la fin de la fermentation le vin se dégustait très bien"

« Cette année nous avons demandé aux viticulteurs de vendanger tous les blancs au même moment pour réaliser notre première cuvée issue à 100% de résistants. » 80 hectolitres ont été vinifiés. « Jusqu’à la fin de la fermentation, le vin se dégustait très bien. Nous l’avons sulfité et nous attendons désormais qu’il se stabilise » reprend le directeur.

Deux nouveaux viticulteurs vont franchir le cap en 2021. « D'un point de vue économique, environnemental, sociétal, et pour la santé, on a tout à y gagner. Certains attendent de voir si les résistants font aussi bien que le sauvignon ou le chardonnay. Ils veulent aussi s’assurer qu’ils vont pouvoir en faire du vin de pays mais il est certain que le mouvement va encore s’accélérer » annonce Philippe Caumont.

Nouvelles plantations sur l’île de Ré

La cave des Vignerons de l’île de Ré a également décidé de suivre le mouvement. « La liste n’est pas encore arrêtée mais une douzaine de cépages résistants vont être plantés en 2021, en collaboration avec le Conservatoire du Vignoble Charentais, sur un peu moins d’un hectare » détaille Guillaume Archereau, responsable du volet Environnement au syndicat des vins charentais.

"Douze résistants dans le cahier des charges"

« D’ici mi-2021, nous devrions également avoir un nouveau cahier des charges » reprend Guillaume Archereau. Las de voir des viticulteurs demander des droits de plantation pour finalement faire du cognac, le syndicat a demandé à l'Institut National de l'Origine et de la Qualité (INAO) de sortir l’ugni blanc du texte (après un vote en assemblée générale l'an passé). « D’autant qu’il donne des vins peu qualitatifs. En revanche, nous souhaitons faire inscrire 15 nouveaux cépages, la syrah, les petit et gros manseng, mais aussi douze résistants. En blanc, ce sont les cépages bronner, johanniter, floreal, souvignier gris, solaris et voltis, et en rouge les cépages cabernet Cortis, monarch, pinotin, prior, vidoc et artaban » liste Guillaume Archereau.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé