LE FIL

Salon

Les 7 nouveautés que vous n’auriez pas voulu manquer sur Dionysud

Jeudi 15 octobre 2020 par La rédaction

Le salon Dionysud devait ouvrir ses portes le 3 novembre 2020. Il est reporté à novembre 2022.
Le salon Dionysud devait ouvrir ses portes le 3 novembre 2020. Il est reporté à novembre 2022. - crédit photo : GFA Events
De la lutte contre les vers de la grappe au packaging, en passant par les interceps et le pilotage des fermentations, voici les nouveautés que les exposants de Dionysud espéraient dévoiler aux visiteurs le 3 novembre prochain.

De la viticulture au packaging, voici les sept principales nouveautés que les fournisseurs de la filière souhaitaient dévoiler dans quelques jours, lors de l’ouverture de Dionysud.

 

Le premier diffuseur biodégradable chez CBC Biogard

CBC Biogard lance un diffuseur biodégradable : Biootwin L. Développé avec Shin Etsu, homologué contre l’eudémis, il se présente sous la forme de deux tubes microcapillaires parallèles remplis de phéromones et soudés aux extrémités. Ces tubes sont constitués de biopolymères 100 % d’origine végétale et 100 % renouvelables. Ils ne contiennent pas de fil d’aluminium, contrairement aux autres diffuseurs de Shin Etsu.

Biootwin L s’enfile sur les coursons, avant le début du premier vol à raison de 200 à 250 diffuseurs/ha pour les raisins de cuve d’où un gain de temps à la pose. CBC Biogard promet une très bonne régularité de diffusion de la phéromone tout au long de la saison pour couvrir toutes les générations d’eudémis. En fin de saison, les diffuseurs tombent d’eux-mêmes au sol où ils se dégradent naturellement au contact des bactéries et des micro-organismes.

 

Un porte-intercep deux-en-un chez Egretier

« Jusqu’à présent, il fallait choisir entre le porte-intercep « PH », notre modèle à grand débattement et le Mini Sillon, à petit débattement, qui déplace moins de terre vers l’interrang, décrit Jean-Michel Egretier, dirigeant de la société éponyme. Des clients souhaitaient bénéficier des deux systèmes sur le même cadre. Pour eux, nous avons conçu le MS-330-TH, ou « porte-intercep hydraulique modulaire. En deux minutes on passe d’un mode à l’autre. Il suffit de déplacer un boulon ».

 

Un cadre avant chez Terral

« A la base, nous avions un cadre arrière pour interceps, réversible pour l’usage à l’avant, explique Dominique Vergnes, directeur commercial de Terral. Désormais, nous proposons un cadre avant, spécifique pour les vignes de 1,5 à 3 m, plus court aussi, pour faciliter les manœuvres en tournières ».

Ce cadre est pendulaire pour le travail en dévers et extensible d’un mètre au maximum, sachant que le plus petit modèle mesure 80 cm hors tout en position fermée. Il se fixe sur le porte-mat ou sur le trois-points avant du tracteur et reçoit toutes sortes d’outils sauf les décavaillonneuses.

 

Un générateur d’ozone chez Consulting RDCC

Consulting-RDCC, un consultant en application de l’ozone commercialise sous le nom d’Ozone Process un générateur d’ozone dans le cadre d’un programme de recherche. Il existe en deux versions : l’une pour les enjambeurs et l’autre pour les tracteurs.

12 viticulteurs français de différentes régions l’utilisent à titre expérimental. L’appareil produit de l’ozone qu’il dissout dans l’eau laquelle est ensuite pulvérisée sur la vigne pour lutter contre le mildiou et l’oïdium. Le système se pilote automatiquement depuis la cabine. Le dispositif est encore en cours d’amélioration.

 

Des cuves carrées de capacité record chez La Garde

Le fabricant de cuve québécois La Garde veut s’implanter en France où il ne compte que deux installations pour l’instant. Il avait prévu de venir au salon de Béziers avec la cuve ci-contre aux ceintures de refroidissement colorées en noir. « Nouveauté toute fraîche : nous offrons la possibilité de colorer les ceintures de nos cuves et nos tonneaux en inox de 284 L au choix du client : en noir, doré, rouge, bleu, cuivre… », explique Jimmy Gaudreault, en charge du marché français.

La Garde est un spécialiste des cuves carrées et rectangulaires. « Nos cuves contiennent de 5 à 340 hl. Nous sommes à aller jusqu’à une telle capacité. Avec nos cuves, on gagne 22 à 25 % de capacité de stockage par rapport à des cuves cylindriques », poursuit Jimmy Gaudreault. Les modèles 5, 10, 15 et 20 hl sont superposables. Quantité d’options sont disponibles. Toutes les cuves bénéficient d’un polissage pour empêcher l’accrochage du tartre avec un Ra inférieur à 0,4 micromètre.

 

Le chai connecté de My bacchus

Deux nouvelles bondes connectées arrivent sur le marché, commercialisées et imaginées par Alexandre Ermenault, fondateur de My Bacchus, une start-up qui propose des solutions connectées pour les chais. Baptisées Access et Evolution, ces bondes s’adaptent à différents supports de vinification : cuves, barriques et jarres.

Acces convient surtout pour les barriques. Elle mesure la température du vin en deux points, à la surface et au cœur du contenant, la hauteur de vide au-dessus du vin et plusieurs paramètres extérieurs comme l’hygrométrie, la température, et la pression atmosphérique grâce à des capteurs placés sur le dessus de la bonde. « Cela permet de cartographier son chai pour isoler les zones où la consume est plus forte », détaille le fondateur.

Dotée de capteurs supplémentaires, Evolution mesure en plus l’oxygène et le gaz carbonique dissous dans le vin. « A partir de l’année prochaine, cette bonde mesurera la densité ».

 

L’impression écoresponsable de Lithobru

L’imprimerie Lithobru développe deux techniques d’impression écoresponsables : la dorure et les encres seconde vie. « Normalement les films de dorure sont jetés après utilisation alors qu’une partie seulement de la dorure a servi, explique Vanessa Chavanneau, responsable commerciale de l’entreprise. Désormais, nous proposons à nos clients qui le souhaitent d’employer des films qui ont déjà servi. Cela convient très bien pour la dorure de petits caractères. Le résultat est une impression aléatoire avec des manques qui rend chaque étiquette unique ».

Lithobru réemploie aussi ses restes d’encres pantone pour composer de nouvelles couleurs et a sélectionné 12 papiers biosourcés dont certains lui sont livrés par des véhicules électriques. De quoi intéresser ses clients engagés dans la réduction des déchets.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé