Accueil / Commerce/Gestion / Le marché français détient la clé du succès du Beaujolais Nouveau

Inconnue 2020
Le marché français détient la clé du succès du Beaujolais Nouveau

Les primeurs AOC arrivant ce 19 novembre, leur défi est de susciter un esprit festif dans des temps incertains. Alors que les inquiétudes pèsent, de bonnes surprises pourraient surgir espère-t-on à l'interprofession.
Par Alexandre Abellan Le 30 septembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Le marché français détient la clé du succès du Beaujolais Nouveau
« Nous étions dynamiques avant covid, nos marchés sur certains réseaux se sont écroulés, d’autres se sont développés (supermarchés, ventes en ligne, monopoles…) » note Cécile Bossan-Redon. - crédit photo : InterBeaujolais
S

eule certitude dans une année de toutes les annulations : ce troisième jeudi de novembre sera commercialisé le Beaujolais Nouveau 2020. « Dans ce climat incertain, on pourrait être étonnés par le désir de fête des consommateurs » souligne Cécile Bossan-Redon, la déléguée générale d’InterBeaujolais, expliquant que les thèmes de convivialité et de partage portés par l’interprofession répondent aux tenances actuelles de consommation. Certes en plus petits comités, crise sanitaire oblige.

Malgré la crise du coronavirus, « la vie sociale ne s’arrête pas » pointe donc Cécile Bossan-Redon, qui reconnaît la prudence des acheteurs face à un lancement de cuvée primeur inédit. Représentant un peu moins de la moitié des ventes de Beaujolais Nouveau, l’export sera en repli cette année. Premier marché étranger, le Japon afficherait des baisses de 10 à 15 %, tandis que le second marché, les Etats-Unis, vont de nouveau pâtir de la surtaxe de 25 %.

Le gros enjeu, c’est le marché français

« Il est difficile d’avoir un pronostic » sur les ventes de Beaujolais Nouveau balaie Cécile Bossan-Redon. Commercialement, « le gros enjeu, c’est le marché français. Les ventes en hyper et super sont déjà réalisées depuis juillet/août. Beaucoup de cavistes et de restaurants commanderont au dernier moment face aux incertitudes » ajoute la déléguée générale d’Inter Beaujolais.

Si des tensions entre demande plus contrainte et offre moins recherchée sont envisageables cette campagne, une récolte moyenne basse réduit les risques pour Cécile Bossan-Redon. InterBeaujolais table sur une récolte sensiblement identique aux 554 000 hectolitres de l’an passé, soit la moyenne basse du potentiel de production en Beaujolais. La production de Beaujolais nouveau devrait s’approcher des 160 000 hl sortis de la propriété en 2019 (ayant abouti à 21,5 millions de cols vendus dans le monde).

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé