Accueil / Gens du vin / Les courtiers en vin appellés à vérifier la solvabilité des parties

Précaution de crise
Les courtiers en vin appellés à vérifier la solvabilité des parties

En cette période de difficultés économiques latentes, Jérôme Prince, le président des courtiers français appelle à la prudence de ses membres pour garantir un climat d'affaires serein.
Par Alexandre Abellan Le 21 septembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les courtiers en vin appellés à vérifier la solvabilité des parties
« J’attire votre attention sur votre rôle de courtier [pour assurer la] capacité financière des opérateurs à remplir leurs obligations » prévient Jérôme Prince ce 17 septembre à Bordeaux. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
F

aisant le tour de France des marchés du vin à l’occasion de l’assemblée générale des courtiers de Bordeaux, ce 17 septembre à la Cité du Vin, Jérôme Prince, le président de la fédération nationale des courtiers, égrène les cas compliqués. La pandémie de coronavirus exacerbant des déséquilibres préexistants, le courtier bourguignon évoque ainsi le calme plat en Alsace et des difficultés en Côtes du Rhône, tandis que rien ne se passe en Languedoc et que c’est la catastrophe en Val de Loire (« où certaines appellations ont vu leurs cours être divisées par deux en un an… »). Également touchée, la place de Bordeaux ne fait pas exception, avec des ventes restant historiquement faibles.

Face à ces situations bloquées, Jérôme Prince prend sa casquette de président du tribunal pour « expliquer ce qui se passe économiquement » à ses confrères courtiers : « on est dans une situation un peu irréelle. Tout le monde est sous perfusion (chômage partiel, Prêt Garanti par l’Etat…). Le gouvernement a sorti des mesures très techniques qui sont très bonnes pour les préventions des procédures collectives, mais malgré tout, s’il n’y a pas d’activité, s’il n’y a pas de chiffre d’affaires, ça ne sert qu’à une seule chose : à gagner du temps. » Estimant inévitable un raz-de-marée de procédures de sauvegarde et de dépôts de bilan, le président des courtiers en appelle à la vigilance de ses confrères.

Garantie des transactions

« Je vous rappelle qu’en tant que courtier vous avez la responsabilité morale de ces transactions pour les acheteurs et les vendeurs. Et même si aujourd’hui les sociétés ont de l’argent, je vous demande de faire attention » pose Jérôme Prince. « L’idée pour vous est de vérifier la solvabilité des acheteurs et des vendeurs. Il ne faudra pas dire "je ne savais pas, je suis surpris". Remplissez votre rôle de garantie des transactions : ça va être d’actualité » martèle le président des courtiers.

Indiquant partager cette mise en garde, Xavier Coumau, le président du syndicat des courtiers de vins de Bordeaux se veut également rassurant : « les voyants positifs commencent à nouveau à s’allumer pour les vins ».


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé