LE FIL

Mission de démocratisation

Les Gouttes de Dieu continuent de démystifier le plaisir du vin

Samedi 05 septembre 2020 par Alexandre Abellan

Très pédagogique, l’ouvrage vise celui pour qui « le vin leur semble un domaine un peu trop compliqué » et qui « finit par s’imaginer que seuls les connaisseurs sont dignes de boire du vin. Or ce n’est pas le cas, loin de là. »
Très pédagogique, l’ouvrage vise celui pour qui « le vin leur semble un domaine un peu trop compliqué » et qui « finit par s’imaginer que seuls les connaisseurs sont dignes de boire du vin. Or ce n’est pas le cas, loin de là. » - crédit photo : DR
Ayant mis un terme à sa série de mangas, le best-seller japonais propose un nouvel opus pour lever les préjugés bloquant certains consommateurs dans leur découverte de la dégustation de vin. Tout en ne s’appuyant que sur des vins français.

À l’heure des numéros « spécial vin » et des suppléments « foire aux vins d’automne » de la rentrée, les éditions Glénat dénotent en ne proposant pas le guide d’achat des bouteilles les plus accessibles, mais le livre le plus pédagogique qui soit pour oser découvrir la culture du vin : Apprendre le vin avec les Gouttes de Dieu (10,75 € TTC, 127 pages). « Le vin ce n’est pas compliqué, c’est une question de ressenti » martèlent, sous le pseudonyme de Tadashi Agi, le duo Yūko et Shin Kibayashi, les scénaristes de la série de manga à succès, les Gouttes de Dieu (44 tomes parus et 10 millions d’exemplaires vendus, dont 2 millions en France). « Quand nous analysons ce succès, le fait qu’aucun de nous deux ne soit un professionnel du vin nous apparaît comme le facteur principal de l’impact que notre série a eu dans le monde » estiment-ils. Frère et sœur à la passion œnophile dévorante, ils ne se voient pas comme des experts et se définissent en « consommeliers ». Un néologisme entre consommateurs et sommeliers, soit des « espèces de buveurs spécialisés ».

Agrémentés de dessins de Shu Okimoto, leurs conseils visent à rassurer les amateurs néophytes sur leur capacité à découvrir et s’approprier le monde du vin. « Le but des Gouttes de Dieu n’est pas d’étudier le vin, mais au contraire de le déguster, le ressentir, l’apprécier, et s’amuser de ce qu’il nous fait imaginer » expliquent les auteurs, reconnaissant, assez paradoxalement, avoir « appris en buvant et non en lisant ». Pour le duo Tadashi Agi, « l’important c’est d’avoir une vraie curiosité, l’envie toute simple d’apprécier le vin. Vous n’avez pas besoin d’un apprentissage théorique. Contournez la barrière psychologique de sa prétendue complexité : il faut appréhender le vin avec naïveté et sincérité, et vous amuser ! »

"Pourquoi le vin français est-il idéal pour les débutants ?"

En pratique, ce guide propose de découvrir le vin par les seuls vignobles français. « Pourquoi le vin français est-il idéal pour les débutants ? » posent Yūko et Shin Kibayashi. « Même si en ce qui nous concerne, nous buvons principalement des vins français, nous apprécions aussi ceux des autres pays […] quelle que soit son origine, un cru possédera son caractère et sa marque d’excellence. Par conséquent nous ne sommes pas en train de vous dire de consommer exclusivement du vin de France » précisent les auteurs, ajoutant que « nous pensons juste que celui-ci est un bon point de départ pour comprendre le vin en général. Parce que peu importe le pays, on sent en filigrane l’influence du vin français dans de nombreux crus. Il nous semble que les producteurs de toute nationalité ont en tête les vins français emblématiques, comme le Bordeaux ou le Bourgogne, quand ils font le leur. Ainsi, puisque les producteurs eux-mêmes s’y référent, nous consommateurs, avons tout intérêt à commencer par ce vin français, même s’il est à première vue difficile à appréhender. Puisque ces crus français recèlent tout le charme et la complexité du vin, les connaître reviendra à maîtriser l’univers du vin en général. »

Véritables missionnaires du vin, Yūko et Shin Kibayashi n’affichent qu’un objectif : « nous serions heureux si cet ouvrage donnait naissance ne serait-ce qu’à un seul œnophile ».

À noter que ce livre garde un sens de lecture en japonais, à l’inverse de celui occidental.


 

 

 

* : Comme ne pas acheter de vin en dessous de 7 € TTC, consulter les sites de ventes en ligne, température de service des vins rouges, organiser des soirées de dégustation, savoir choisir un vin à offrir, posséder des verres adaptés…  Et pouvoir se doter d’une cave à vin faite de papier journal et d’un bac à légume.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé