LE FIL

Champagne

Forte progression des problèmes de pousse de la vigne

Mardi 04 août 2020 par Marion Bazireau

A Bar sur Seine, le vigneron Simon Normand observe le phénomène depuis 6 ans sur cette parcelle de pinot.
A Bar sur Seine, le vigneron Simon Normand observe le phénomène depuis 6 ans sur cette parcelle de pinot. - crédit photo : Chambre d'agriculture de l'Aube
Les symptômes de décalage de croissance et de rabougrissement des bourgeons sont en recrudescence en 2020. La Chambre d’agriculture cherche à en déterminer l’origine.

Sébastien Carré est de plus en plus sollicité par des vignerons victimes de problèmes de pousse. « Cela a démarré en 2014, avec une occurrence élevée dans le Barséquanais. Par la suite les années ont été inégales » indique ce conseiller viticole à la Chambre d’agriculture de l’Aube.

En 2020, la Champagne a connu une explosion des symptômes, « non plus à l’échelle d’un cep, mais à l’échelle parcellaire, voire du coteau. Cela a été le cas au niveau de Bligny. »

A Bar sur Seine, une des parcelles de pinot noir du viticulteur Simon Normand, est particulièrement touchée. « Nous avons observé le phénomène pour la première fois il y a 6 ans, sur une petite zone en bas de la parcelle. Par la suite, nous avons eu des années avec des vrais ronds, où les symptômes étaient cantonnés à quelques pieds. Certaines années, les cas étaient disséminés dans la parcelle. En 2020, nous avons eu les deux, un énorme rond, et des pieds touchés à droite et à gauche » témoigne-t-il.

Bourgeons rabougris

« Vers 4, 5, 6 feuilles étalées, on voyait un décalage au niveau de la pousse, avec des bourgeons qui sortaient plus tardivement, et qui se rabougrissaient. Au fur et à mesure que la saison avance, on a de plus en plus de mal à voir les symptômes, mais au final, on ramasse beaucoup moins de raisins. Nous n’arrivons pas à mettre le doigt sur l’origine du problème » regrette le vigneron.

Outre des rabougrissements, le conseiller viticole observe aussi très souvent des symptômes foliaires du virus de l’enroulement dans les parcelles touchées.

La Chambre d’agriculture va se lancer dans un état des lieux du vignoble. Elle demande aux vignerons de lui faire connaître leurs parcelles impactées. A cette fin, elle a mis en ligne un questionnaire. « Cela nous aidera à réaliser nos prélèvements et analyses » conclut Sébastien Carré.

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé